Récits de voyage de l’oncle Jules et de tante Adolphine !   16 comments


…. (suite 1) …Ne connaissant ni l’Allemand, ni le Russe, j’ai dû me putter afin d’empêcher de laisser fouiller dans mes bagages.- Rien n’y fait, tout ce que contenaient mes caisses, valises, même les caisses de la Société ont été retirées et scrupuleusement visitées. – Je crois, avec les outils que j’emportais , qu’on m’aurait pris pour un nihiliste ou un faussaire.

Je n’ai jamais vu ni entendu parler d’une douane aussi rigoureuse qu’en Russie. –  Enfin, après 2 heures d’embarras, j’ai pu refermer mes colis à moitié démolis et j’ai pu m installer dans un train à destination de Varsovie.-  Les trains russes sont encore plus confortables qu’en Allemagne, on y dort aussi bien que dans un lit.

A Varsovie, où nous arrivons le dimanche 12 à 7 heures du matin, nous pouvons nous reposer quelques heures.- Nous en profitons pour visiter la ville.-

  Quelle épouvantable saleté que Varsovie, une ville dégoûtante, les rues, avec 10 centimètres de boue ; partout des gens malpropres, repoussants, des soldats dans toutes les rues (en quantité)  il y a 80.000 hommes de troupe à Varsovie, mais les soldats ressemblant à des hordes de bandits.- Nous voyons des vestiges de fêtes qui ont été organisées il y a une quinzaine de jours, en l’honneur du Czar et de la Czarine qui sont restés quelques jours à Varsovie.-  Écœurés de traîner dans cette malpropreté, nous nous rendons à l’hôtel de Cracovie (Cracomoki) dit-on ici, où nous déjeunons et où nous croyons nous reposer.-

Pendant qu’ Adolphine se jette toute habillée sur un mauvais lit, je fais mes comptes.- J’avais devant moi une liasse d’environ 400 roubles en billets de banque.-  Pendant que je suis à mon travail, tout doucement, la porte s’ouvre et dans l’entrebâillement, j’aperçois un individu, qui veut entrer.-  Il croyait sans doute nous trouver endormis d’un profond sommeil et de s’octroyer un « petit cadeau ».  Je lui demande ce qu’il veut ; il me répond en polonais que je ne comprends évidemment pas et fait mine d’entrer dans la chambre .  Je saisis mon revolver et subitement, à la vue de mon arme, il disparaît , galopant dans les escaliers comme une gazelle, quoiqu’il n’y a aucun trait de ressemblance.-  Je n’ai pu m’empêcher de rire à la vue de son effarement ! Il se figurait probablement que a dernière heure était arrivée.-

Nous avons ensuite dîné dans cet hôtel , une cuisine détestable, des plats immangeables et qui pourtant semblaient goûter aux consommateurs qui se trouvaient dans ce restaurant.

Si vous deviez goûter la vraie cuisine russe, vous diriez que tous les plats sont faisandés.

 

Nous reprenons le train le soir à 4 heures pour Kien.  Jusqu’ à ce moment, nous n’avons encore rencontré personne avec qui nous puissions nous entretenir.  Personne ne cause le Français ; quelques gens le comprennent imparfaitement, mais il n’est pas réjouissant d’essayer de converser avec eux, bien que la complaisance en Russie soit très grande ; tout le monde s’empresse pour rendre service au français.

A partir de ce moment, cette situation va changer.  Dans le même compartiment que nous, se trouve une jeune dame française, parisienne et nous faisons bien vite sa connaissance.  Celle-ci fait le voyage de Paris jusqu’à Donetz seule, où elle va rejoindre son mari, chef comptable de la bouteillerie de Donetz dans la Russie Méridionale.

Depuis ce moment, le voyage s’(égaye, nous causons, nous blaguons comme des pies et nous fêtons cette rencontre au buffet de la gare où nous soupons joyeusement en buvant une bonne bouteille.  Nous sommes bientôt liés d’amitié.

C’est curieux en voyage, loin des siens, comme on s’attache vite à des compatriotes ou à des personnes qui causent notre langue.

 

Nous arrivons à Kien le lundi 13 à 11 heures du matin.

Comme nous ne disposons que de peu de temps, nous dînons fort confortablement au buffet et ensuite, nous nous réinstallons dans notre sleeping car.

Le panorama qui se déroule sous nos yeux est magnifique.  Kien est une des plus belles et des plus anciennes villes de la Russie.  Elle renferme, paraît-il, des choses admirables.  Il est regrettable que nous ne puissions nous y arrêter quelques heures. 

Nous traversons un pont en fer ( comme celui qui se trouvait jadis rue de la Régence) établi sur le Dniéper, d’une longueur de 300 mètres. – Mais déjà, la ville s’éloigne et nous nous trouvons dans d’immenses plaines.-

(NOTE PERSONNELLE : vous aurez remarqué que les repas prennent une grande place dans l’écrit de l’oncle !  Il aimait,paraît-il ,la bonne chair et ce récit ne dément pas ces dires !

 (suite prochainement)

Je recopie petit à petit ces feuillets délicats à manœuvrer !!!  Que ne ferai-je pas pour vous !!! (lol)

Publicités

Publié 30 mai 2009 par josydhoest dans Emotions, Récits, Voyages

Tag(s) associé(s) :

16 réponses à “Récits de voyage de l’oncle Jules et de tante Adolphine !

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Bonsoir Josy,
    Comme tu le sais je ne viens quasiment plus sur WordPress, merci de ton partage, sur ce beau voyage.
    Je continue mes recherches pour me trouver un hébergeur en remplacement de Google+ qui supprime les comptes des photos à compter du 02 avril 2019
    Je te souhaite une bonne semaine, chez moi les champs sont inondées, le soleil revient mais il fait froid, normal on est encore en hiver.
    bisous de Normandie

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore ,une belle aventure .a demain pour la suite . Bisous

    Aimé par 1 personne

  3. j\’arrive au 2° épisode du récit.Merci de ta patience à retranscrir ce vécu……………………Le laps de temps entre les diverses destinations a bien changé…………….C\’est vrai que la langue est une fameuse barrière….Quelle aventure et je vais continuer à suivre…..J\’en profite pour rafraîchir ma géographie au fil du récit……………….Merci et biz

    J'aime

  4. Je tourne vite la page pour découvrir la suite….

    J'aime

  5. Quand je compare ce récit de voyage avec notre vécu actuel, je me fais la réflexion que la notion d\’espace-temps était alors bien différente! Je suis "accro" …merci , Josy.

    J'aime

  6. je suis sortie de tes archivesun peu de poussières sur les doigts….et le sourire aux lèvres….bisous

    J'aime

  7. Merci d\’avoir envoyé un message (sinon je loupais ce feuilleton). J\’ai regardé dans ton profil et constaté qu\’il y figurait depuis déjà 22 heures…. Oui, cela devient de plus en plus intéressant, on s\’y accroche…jamais gai quand un épisode se termine…A plus pour la 3e partie….

    J'aime

  8. Délicatement tu nous dévoile une petite histoire de l\’Histoire, beau boulot.

    J'aime

  9. ça y est je suis dans le train moi aussi et……vivement la suite !!!

    J'aime

  10. le récit est tres instructif.Bisous josy

    J'aime

  11. Je vais attendre la suite avec impatience, merci de ce partage Josy.

    J'aime

  12. Vivement le prochain!Pat

    J'aime

  13. C\’est formidable !!! Pour moi, qui aime tant voayger et raconter, je me régale…. Je me suis amusée à la description de Varsovie où j\’ai séjourné 24 heures fin octobre 1990 lors de mon premier voyage vers la Chine. La fouille par les russes m\’a aussi rappellé mon premier passage en douane à Moscou..( en 1991 ).cette fois en revenant de..Chine \’ J\’avais un visa de tourisme qui me permettait de rester 3 jours dans cete ville ). J\’imagine le travail que la relecture et l\’écriture que tout cela te donne. Impatience de lire la suite.

    J'aime

  14. Nous aimons tellement que nous guettons chaque nouveau billet avec une délicatesse infinie.Mercijoce

    J'aime

  15. bravo! c\’est extraordinaire de retrouver ces écrits et de pouvoir le transmettre!! bravo josy

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :