Récit de voyage (4e épisode)   18 comments


Nous sortons de la gare ; il y a heureusement une voiture devant la sortie … sauvés !  Je parviens, tant bien que mal, à faire comprendre au cocher que nous allons à la Bouteillerie de Donetz ; il me demande 3 roubles , c’est pour rien (7,80 frs) mais il faut bien accepter.  Nous partons sans trop savoir ce qui va résulter de notre excursion.-  Après une course folle de deux heures, nous arrivons devant une fabrique en construction mais malgré nos cris et nos  appels, personne ne répond.- Qu’allons-nous faire ? – Le cocher nous demande une foule de choses, je ne puis lui parler, je ne comprends pas un mot.  Nous allons de droite à gauche, réveillons les paysans qui couchent dans les champs et après des recherches inouïes qui durent un temps infini, et nous ennuye excessivement, nous découvrons enfin la maison habitée par Mr Delvoye.- Celui-ci est aux cent coups de voir sa femme lui tomber des cieux sans crier gare, cela au milieu de la nuit.- On peut appeler cela une surprise.-  Il n’ a reçu ni lettre ni télégramme qui lui ont été expédiés par sa femme avant son départ de Paris.-  Il paraît qu’en Russie cela n’étonne personne de voir la correspondance égarée, c’est la coutume.

Un ami de Mr Delvoye nous reçoit chez lui et nous offre l’hospitalité pendant la nuit.-  Le lendemain, nous passons une agréable journée avec Mr et Mme Delvoye qui se montrent très reconnaissants du léger service que nous avons rendu.-  Ces personnes sont d’une amabilité impossible à décrire.  A midi, ils font un dîner de grande fête en notre honneur ; quel festin !  Le soir, la fête recommence et à l’heure de reprendre le train, ils nous accompagnent tous à la gare.

Quelle belle journée dans la monotonie de notre voyage et combien cela nous repose, une semblable journée ; aussi, nous avons bien du regret de quitter cet endroit aussi vite.  On nous demande de rester encore un jour, mais je décline naturellement cette aimable  l’invitation.-  Nous sommes passés ici pas pour nous amuser, mais bien pour nous rendre à Téhéran.  Il est 10 ½ heures du soir lorsque le train s’ébranle ; nous nous installons de suite pour passer une bonne nuit.  Le lendemain, jeudi 16, nous nous réveillons à 7 heures du matin.  Un bout de toilette et, nous voilà à Rostoff à 8 ½ heures.  Nous avons ici également quelques heures à notre disposition .  Nous descendons à l’hôtel de l’Europe.-  Il y a un interprète parlant le français, nous déjeunons et nous dînons dans cet hôtel, c’est bon, mais pas comparable à la cuisine de Prosper à Rostoff.-  Ensuite, nous visitons la ville ; elle est curieuse et est traversée par le Don, un beau et long fleuve qui se jette dans la mer d’Azof dont nous sommes très proches.

Publié 1 juin 2009 par josydhoest dans Emotions

Tag(s) associé(s) :

18 réponses à “Récit de voyage (4e épisode)

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Me voici….seulement arrivée à ton 4° épisode…..Je prends le temps de lire de tels récits…………….Manifestement: heureuse journée lors des retrouvailles avec ce brave Mr. Delvoye……Quelle surprise pour lui…….Bravo pour ta tenacité pour ré-écrire tous ces documents.Biz

    J'aime

  2. Je reviendrais lire plus posément….Amitiés. Jo

    J'aime

  3. Marie-Jo! c\’est la sagesse qui sort de ta plume (lol)

    J'aime

  4. Tu ne vas plus rien comprendre, je ne me souvenais plus que nous n\’étions QUE LE 2. Donc, j\’ai lu le dernier récit avant de lire celui-ci ! Mais comment veux-tu que je m\’y retrouve , Bon, faut que je fasse un peu plus attention ! mdr

    J'aime

  5. Quelle équipée à effectuer en ce temps là, l\’aventure presque.

    J'aime

  6. J\’ai remarqué que la lettre originale était tapée à la machine… heureusement, sinon tu aurais pu avoir du mal à déchiffrer l\’écriture de l\’oncle… Celui-ci devait appartenir à la \’bonne société", en france, pour ne pas avoir pitié de la misère de tous ces gens…

    J'aime

  7. Oufty, j\’avais 3 billets de retard, j\’ai suivi donc avec plaisir les tribulations de ce monsieur. Il faudrait presque publier cette histoire, c\’est très intéressant.Tu as entrepris un sacré travail de recopiage. Merci de nous faire partager cette histoire.

    J'aime

    ♥.҈.҈.♥. Zéphyrine
  8. Cette histoire devient de plus en plus attirante. Oui, nous avons hâte de voir la suite…Quant à moi, je suis heureuse \’\’de pouvoir continuer à la découvrir\’\’….(sans l\’aide de mon copain, je vous aurais sans doute tous et toutes perdus) cet ordi me donne la vie dure de ces derniers temps….Bonne fin de soirée, bisous

    J'aime

  9. merci encore josy.Tous les jour je lis une page d\’un livre d\’aventures .bisous

    J'aime

  10. Merci de prendre le temps de nous transmettre la correspondance de l\’oncle afin de nous la faire partager.Nous attendons la suite avec impatience.Bisous et bonne fin de week-end Josy.

    J'aime

  11. ce récit est génial, il manque juste des photos pour illustrermais le récit est tellement détaillé que l\’on imagine aisémentun régalbisous à toi

    J'aime

  12. Vite, vite la suite ….Sans oublier de se remettre dans le contexte …..1897…..bel effort d\’imagination !!!merci Josy pour ta patience à "décrypter" et à nous retransmettre cette correspondance !Bon Lundi,Bises,Françoise.

    J'aime

  13. Oh, mais plaisant ce récit !!!!!Bon lundi !Bisoooooous !

    J'aime

  14. Passionnant et émouvant ! Je suis venue ce matin rattraper mon retard de lecture… Je ne sais pas si l\’oncle manque réellement d\’humanité… Après tout, il décide de ne pas laisser en plan cette pauvre Madame Delvoye ! Je tends à croire que son éducation a dû être rigide et guindée, bourrée d\’a priori sur tout ce qui n\’est pas européen et donc… théoriquement… propre, net et bien rangé !J\’attends la suite avec impatience et te remercie de nous offrir ce récit en partage.BisousLO

    J'aime

  15. L\’hospitalité entre expatriès n\’est pas un vain mot . A cette époque, qu\’est -ce- que l\’on devait être heureux de voir arriver surtout dans ces pays là, des compatriotes !J\’ai souri ,en pensant que l\’arrivée de Mme Delvoye, au milieu de la nuit, aurait peut -être pu pour Mr Delvoye être ..un peu embêta.nte .. !!! ( Oh ! le coquin Oiseau Bleu, il en a des idées( lol )

    J'aime

  16. PS : Bien sûr, il fallait lire : IL(son manque d\’humanité) me laisse un goût amer . Merci de votre compréhension

    J'aime

  17. J\’ai lu, avec grand interêt, vos commentaires ! sur les épisodes précédents et je vous en remercie !Je suis tout à fait d\’accord avec vous quant à son manque d\’humanité (et le mot est bien faible!) Elle me laisse un goût amer.Je vous avais indiqué, lors de la présentation du document que je ne partageais absolument pas ses propos xénophobes. Je pense que depuis le temps que l\’on se "connaît", vous l\’aurez remarquez dans mes divers commentaires.Mais, voilà, je vous ai proposé de récit tout simplement comme document d\’époque écrit en 1897… 20 ans avant la Révolution Russe ! S\’il vous intéresse, bonne lecture … il y a vraiment des passages intéressants Bonne journée, et que le soleil brille sur votre journée et dans vos coeurs

    J'aime

  18. c\’est fascinant ces vieux documents que tu as retrouvé!! tiens j\’ai connu un mr delvoye dans ma jeunesse! il avait un garage et jouait du violoncellebisous josy!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :