Récit de voyage (10éme épisode )   9 comments


Avant de continuer le récit,

je voudrais remercier Régine pour sa participation active  dans la recherche des cartes géographiques !

Nous pouvons suivre, à présent, le parcours de ce couple Sur la dernière carte,

Voyage en Perse

http://www.bahai-biblio.org/centre-doc/etude/perse/carte_perse_hg.jpg

 il est intéressant de situer Recht puisque le prériple suivant commence

là ! Ils vont donc traverser la chaîne de montagne les séparant de Téhéran !

Après cet épisode, je vous en livrerai encore 4 et puis, bien sûr mes conclusions !
           

Pendant que nous étions bloqués, Adolphine a pris un pantalon de son époux pour en faire une culotte de cycliste, pardon, de cheval ; elle a bonne mine habillée en garçon ! C’est comme cela qu’elle fera toute la route.  Je lui cède mon cheval qui est très doux et nous partons. 

Le lundi à 9 heures, nous parcourions un beau chemin tracé dans le bois.  C’est une véritable excursion d’autant que le temps s’est remis au beau.   Nous arrivons à la première station, Nimansadat Nochim à 4 heures et demi du soir. 

Pour nos débuts, à cheval, nous avons fourni une belle étape : 7 1/2 heures sans repos.  Je suis très content de faire trotter mon cheval tout le temps et cela va bien.  Le caravansérail où nous entrons pour manger et dormir est assez propre ; il est d’ailleurs d’une construction récente.  Nous déballons nos vivres et faisons un excellent repas.  La pluie recommence à tomber, nous étendons nos couvertures par terre et là bonne nuit !

Nous nous levons le mardi 28 à 3 ½ heures du matin, prenons le thé et à 4 ½ heures nous sommes à cheval.  Le chemin continue sous bois pendant 3 heures encore.  Il pleut toujours. 

 Vers 8 heures, nous nous trouvons au pied de la montagne. 

Nous voyons le chemin épouvantable par où il nous faudra passer ! Si vous voyiez ce chemin lorsqu’il est désert, vous jugeriez que jamais un cheval ne pourrait passer par là sans se casser dix fois les os.  Et pourtant, c’est un va et vient continuel de caravanes toujours et toujours, l’une suit l’autre.  Le chemin a un mètre de largeur et lorsqu’une caravane arrive en sens inverse c’est alors que c’est périlleux, car on longe un précipice et un faux pas de la monture suffirait pour être précipité dans les profonds ravins.- A certains endroits, les rochers sont tellement glissants qu’il faut faire la route à pied..

Sur tout le parcours d’ici à Téhéran, on ne voit que des squelettes de chevaux, mulets, chameaux et d’ânes.-  Dès qu’un des animaux se casse un membre on l’achève et on le fait rouler dans le trou où sa chair devient la proie des vautours et des corbeaux.-  Nous sommes déjà tellement habitués à voir ces squelettes que nous ne nous retournons plus lorsqu’on nous en montre.-  Ne croyez pas que j’exagère, il y en  a des masses et cela ne dégage aucune odeur, la chair étant tout de suite dévorée.

Le chemin continue ici à être presqu’impraticable jusqu’à Roustan Abad où nous arrivons à midi.- Nous avons, à mon avis, effectué la partie la plus mauvaise de la route.  La pluie cesse à notre arrivée et nous prenons la boustifaille.  Nous sommes passablement esquintés et nous nous reposons avec satisfaction.-

La deuxième étape s’est bien effectuée bien que j’aie les fesses écorchées.-  J’ai peur pour demain.-

Publié 6 juin 2009 par josydhoest dans Emotions

Tag(s) associé(s) :

9 réponses à “Récit de voyage (10éme épisode )

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Quelle épopée mais très intéressante. Merci de nous faire partager ce voyage d’ un temps lointain= ça c’était du voyage

    Aimé par 1 personne

  2. Comme tu expliques, caravane sur caravane se suivant, et cependant périple assez dangereux me semble-t-il…Mais pour ce qui est des chevaux, heureusement qu\’on ne les laissait pas souffrir, et là encore, la nature est bien faite, vu le nettoyage des rapaces – sans cela la putréfaction ne serait pas triste…. à plus tard pour la suite….

    J'aime

  3. J\’avais râté cet épisode….Oiseau bleu, un peu étourdie !!! ce n\’est pas faute de regarder souvent ,et attendre la suite avec impatience. Cette étape a quoi vous donner envie de repartir tout de suite dans l\’autre sens. Quel courage ! J\’espère que le poste qu\’ils allaient rejoindre étaient à la hauteur de ce pénible voyage, et je crains fort que le pire ne soit pas encore arrivé.

    J'aime

  4. parcours équestre…………………UN PEU STRESSANT;Quelle faculté d\’adaptation ce couple uni pour ce périple professionnel!!!!!!!!!!!!!!!!

    J'aime

  5. L\’est drôle le tonton… il parle de lui a la troisième personne…

    J'aime

  6. Pas de cartes pour ce voyage essentiellement en sous-bois…J\’ai juste trouvé les chevaux, mais ils était trop fatigués pour venir jusqu\’ici!

    J'aime

    ♥.҈.҈.♥. Zéphyrine
  7. bou ça donne le vertige,les profonds ravinset…pas gai pour les animaux de s\’y briser les oset….pauvres fesses!!!!bizzzzzzzzz

    J'aime

  8. oui je veux croire qu\’il ait mal aux fesses!! !!

    J'aime

  9. Ouf! L\’oncle remonte dans mon estime…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :