LA MAGIE DES MOTS CHEZ MANDRINE N°11   15 comments


Cette histoire écrite dans la magie douloureuse de cet hiver là …

Afin que le récit soit mieux compris,voici une petite préface :

Ma mère avait atteint ses 40 ans  depuis le 3 septembre 4O.  Elle avait  deux enfants, ma sœur, mon aînée de 18 ans et mon  frère de 15 ans.  Ne voulant plus assumer une nouvelle maternité, courageusement, elle était allée, dès le début de sa grossesse non désirée, rendre visite chez une « faiseuse d’ange ».

Ce fut peine perdue !

Je te comprends maman, contre cette condition de femme soumise, tu as, à ta façon, essayé de te révolter, de crier, en silence, ton droit de femme d’exister.  Bien plus tard, c’est en pensant à toi et à toutes les femmes que j’ai manifesté dans les rues pour le droit à l’avortement ; ton silence  était devenu mon cri, ton impuissance à te rebeller armait mon poing levé.  Pour cela et pour bien d’autres choses, maman, je t’ai aimé.

 

* * *

 

 

Cette histoire écrite dans la magie douloureuse de cet hiver là …C’était par un temps déraisonnable de ce premier janvier 1941 que l’envie me prit de naître.

La veille, il avait bien fallu  se rendre à l’évidence, et rechercher un moyen de locomotion pour aller à la maternité.   Pensez-vous qu’il soit possible, la veille d’un nouvel an  en pleine guerre et, pour couronner le tout, un temps où les pavés des rues s’étaient revêtus de blanc verglaçant, de trouver autre chose … qu’une charrette à bras ?  Pour nous,  ce fût  la seule solution.

 

 L’on me raconta, maintes et maintes fois, mon premier périple que je vous conte ici !

 

Sur la table d’accouchement, ma mère ne veut pas exécuter le ‘travail’ demandé par le médecin.

 Sûr que non, elle veut mourir avec cet enfant  qui, lui, pourtant voudrait vivre.  A bout  de force, elle cède peu à peu, si bien qu’une  envie pressante  lui prend de vouloir aller à la toilette.  Et, pour ma mère, elle représente  un vulgaire seau de chambre émaillé. N’y tenant plus, elle se soulage.

 

 Profitant de l’occasion, je descends dans le monde des vivants, si l’on peut dire.  Ma vie de nouveau-né débute dans les excréments de ma mère, dans ce seau qu’en bout de course, de ne pas vouloir, de ne pas me vouloir, elle a demandé.

  Je suis là suffocante, souffrant de ne point trouver cet air qui sauve, me noyant dans cette matière fécale envahissant les narines, la bouche, les yeux, les oreilles.

  Ce qui s’était avéré un échec aux premiers moments de ma vie utérine, allait réussir ! Mais des mains d’homme et de femme, avec précaution,  tiraient  l’enfant-fille hors de cette chaleur gluante et mouvante.

  Sans l’aide du médecin et de ma chère  marraine,  qui voulait, à tout prix assister à l’évènement (elle n’en a pas vu grand chose),  je serais probablement morte.

Je n’étais pas Moïse sauvé des eaux mais Josette sauvée de la m… Aussitôt née, aussitôt fêtée, j’étais le premier bébé de l’an neuf de Fontaine l’Evêque.

J’arrivais, porteuse des secrets de mes ancêtres.  Gouttelette homéopathique contenant leur essence, je devenais leur maison, leur légataire ;  à moi la responsabilité d’ajouter  ma propre note de musique,  et le jour venu,  de déposer la partition inachevée  dans le cœur de mon enfant.

 

(ceci est un extrait sur ma vie intitulé : flash sur photos jaunies que je désire transmettre à ma fille et à mon petiot ! ) .. 

En 2008, j’avais commencé à déposer sur le net …. Aujourd’hui, l’envie me reprend de vous en  confier un petit bout de temps à autre …

15 réponses à “LA MAGIE DES MOTS CHEZ MANDRINE N°11

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Pingback: RECAPITULATIF de la magie des mots N°11 | Mandrine6's Blog

  2. je suis toute émue de te lire, quelle entrée fracassante et plutôt originale, cela t’a-t-il valu une vie bien heureuse ??
    Mais bon qu’importe la vie est déjà un miracle, et moi aussi j’aurai fait comme toi decendre dans la rue pour la contraception, pour ma part, je suis venue au monde pour remplacer une petite fille morte 9 mois avant moi, elle s’appelait Christiane, et je m’appelle Christine
    merci de ta participation
    bonne fin de journée
    bisous
    mandrine

    J'aime

  3. tu es arrivée dans un seau contre vents et marées
    posée la dans la m…comme tu dis
    mais la merde fait les plus belles fleurs
    tu as résisté,voulu ….et tu es la….
    merveille pour nous…..
    et ta maman oh comme je comprends…..
    mais ouf tu es venue……….comme quoi certains destins sont bien tracés quoi qu’il arrive
    bisous de tout mon coeur à toi chère josy

    J'aime

  4. Tu es arrivée dans un fameux « terreau »…c’est sans doute pour cela que tu as eu une telle envie de grandir! Bise, chère voisine!

    J'aime

  5. je suis née la 4ème et j’ai toujours entendu dire que j’étais un accident, rien pour empêcher les naissances sauf à mettre sa vie en danger.
    J’entendais ma mère raconter à une amie qu’elle n’a jamais autant pleuré que le jour où elle a su qu’elle était encore enceinte, heureusement je fus la dernière.
    Bises

    J'aime

  6. Merci pour ce superbe billet Josy , une entrée dans la vie remarquable à tous points de vue .Une condition féminine que tu défends avec beaucoup de ferveur et une émotion qui ne laisse pas indifférent .
    Bonne soirée
    Bisous

    J'aime

  7. Oh ! ma presque jumelle quel beau texte pour raconter ton arrivée dans ce monde . Comme tu as su avec tes mots remplis d’amour et de tendresse nous faire partager cette arrivée mouvementée . Mon arrivée, 13 jours aprés la tienne, fût aussi mouvementée mais moins que la tienne. Plein de tendres bisous.

    J'aime

  8. Merci mille fois Josy pour cette entrée dans la vie … la tienne … c’est triste et émouvant ! Tu décris cela d’une manière tellement belle et on sent que c’est assumé et compris en plus ! Bravo Josy ! J’♥ ! Je t’ai lu avec beaucoup d’intérêt … douce journée à toi !
    Bisous.

    J'aime

  9. les mots me manquent…………des souvenirs qui ressurgissent……………c’est beau et triste a la fois mais vrai !!

    J'aime

  10. Josy… j’en pleure… Ma maman a dû aussi subir des « avortements » à la sauvette… sinon nous aurions été un nombre faramineux… Quand on pense que de mon côté je n’ai été capable que de faire un enfant !
    Bisous ma grande

    J'aime

  11. Une bien jolie façon de raconter ton arrivée sur terre… Bisous Josy !

    J'aime

  12. Histoire émouvante et très bien contée ! Bisous bisous

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :