BRUXELLES – MA BELLE et SA GRAND-PLACE   9 comments


(Voici un texte que j’ai reçu d’une amie, aujourd’hui malheureusement décédée.  J’ai voulu l’agrémenter par MES PHOTOS et vous l’offrir à mon tour en espérant que ce document en plusieurs épisodes vous intéressera) –

INTRODUCTION 

20092015-DSC_7635

BRUXELLES !  MA BELLE !!!

Tu possèdes  cette Grand-Place unique !

 Pour y accéder, nous avons le choix … 7 rues nous conduisent vers elle :

  • Il y a la rue au Beurre

  • La rue de la Tête d’Or

  • La rue de l’Etoile ou Charles Buls

  • La rue des Chapeliers

  • La rue de la Colline

  • La rue des Harengs … et enfin :

  • La rue Chair et pain

Bruxelles, ma belle était entourée de 7 collines ou monts :

  • Le Froid Mont ou Coudenberg avec son Palais Ducal

  • La montagne aux Herbes Potagères

  • Le Mont Sion et son monastère Sainte Elisabeth vers le Botanique

  • Le mont des Aveugles devenu celui des Arts

  • Le Sablon

  • La colline Saint-Pierre à Saint Gilles … et finalement :

  • Le Mont Saint- Michel

De plus, les remparts de Bruxelles comptaient 7 portes,  la plupart de ces portes d’enceinte étaient formées de trois tours, dont deux d’avancée et au 14e siècle, la clé de chacune de ces portes se trouvait entre les mains d’un des sept lignages.

  • Le lignage de Slees ou du Lion qu’exhibe fort naturellement le redoutable animal – La Porte de Flandre.

  • Le lignage de Coudenbergh ou de Froidement, meuble de son écu de trois tours – autrement dit de Namur

  • Le patronyme de Steenweghe ou de la Chaussée évoque, lui aussi, par le biais de l’antique voie pavée qui la traversait pour pénétrer en ville. Sur son blason figurent cinq coquilles en croix.

  • De Serroeloffs – avec ses neuf billettes

  • Les Serhuyghs

  • Les Sweerts

Et

  • Les Rodenbeecke

Avant de vous présenter les maisons de la Grand-Place, je voudrais vous dire quelques mots des corporations dont l’histoire est intimement liée à la ville.

Quand, comment et à l’initiative de qui est née cette corporation ?

C’est une association groupant des fabricants de draps, des marchands de matière première et de produits finis et un fait est certain, elle est née le mois de juin 1282, date à laquelle un acte nous montre ces dix administrateurs réglant avec les autorités les conditions de travail.

Comment la corporation a-t-elle été ou s’est-elle formée ?

S’est-elle spontanément constituée, pour être ensuite reconnue par les Ducs de Brabant et « officialisée » ?

C’est l’hypothèse qui a prévalu jusqu’à présent, et que rien, à ce jour, n’est venu contredire.

Quant à sa constitution spontanée, si l’on admet cette explication de ses origines, on comprend mieux pourquoi cette corporation apparaît aussi nettement comme une association défendant les intérêts d’un groupe social privilégié, celui qui constitue ses membres, « les frères ». Or, ces membres sont de deux sortes – les uns, non lignagers, ne peuvent devenir administrateurs de l’association, c est donc exclusivement parmi les autres, issus des sept lignages que, jusqu’en 1423, sont désignés les doyens – et cette domination est entièrement sous le contrôle des 7 échevins, lignagers eux aussi.

Sur l’ordre de Louis XIV, Bruxelles fut bombardé par le maréchal de villeroy, pendant 2 jours, les 13 et 14 août 1695 – l’armée française forte de 70.000 hommes, 18 pièces de gros calibre et de 25 mortiers fit pleuvoir sur la ville 3.000 boules de 1.200 bolets rouges.  La flèche de l’hôtel de ville fut prise comme point de mire, l’incendie détruisit  tout le centre de la ville.  La Grand-Place n’était plus qu’un amas de décombres.  A l’hôtel de ville, une partie des archives disparurent, cependant immédiatement au lendemain du désastre, les Bruxellois, reprenant courage, déblayèrent les ruines et se mirent à réédifier leur ville.

Plus tard, en 1793 et 1794, c’était au tour des sans-culottes, qui dans leur rage, brisèrent les statues qui se dressaient devant les façades des maisons corporatives, arrachèrent tous les emblèmes de l’ancien régime, dégradèrent les chambres de réunion et jetèrent les meubles des métiers par les fenêtres.

 

DEMAIN

je  partirai donc avec vous à la Grand-Place de Bruxelles … et nous commencerons le périple par la partie ouest de la place et la première maison que nous découvrirons en arrivant par la rue au Beurre sera le ROI D’ESPAGNE ou LA MAISON DES BOULANGERS (n°s1 & 2)

2017-02-16

 

 

Publicités

9 réponses à “BRUXELLES – MA BELLE et SA GRAND-PLACE

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Merci de nous emmener visiter cette place qui en a vu de toutes les couleurs avec l’Histoire .

    J'aime

  2. Très intéressant comme billet ! Grâce à toi, je découvre une partie de Bruxelles avec ces noms de rues si poétiques qui existaient dans certaines vieilles villes en France. Il e existe quelques unes dans les vieilles villes en Bretagne ou dans le Périgord.
    J’ai suivi avec intérêt les deux attaques subies par Bruxelles et constate que durant une guerre on se moque de la beauté d’une ville.
    Quant aux sans-culottes, ils se sont conduit comme tout soldat issu alors d’un peuple ignare et inculte.
    A Bruxelles comme en France, ils ont détruit bien des trésors historiques.
    A Saint Denis, ils ont violé les tombeaux des rois et des reines de France, ont profané leurs tombes et ont détruits les restes des souverains dont on a retrouvé que certaines têtes.

    Aimé par 1 personne

  3. De toute beauté, la photo de cette Grande Place de ta Belle Bruxelles, Josy !
    Même si je ne connais pas, je vois !!!
    Bon week-end,
    Bisous♥

    J'aime

  4. Coucou Josy,
    Tu fais une excellente ambassadrice de la capitale Belge. Tu la racontes tellement mieux que moi. C’est superbe et il est vrai si intéressant. J’y allais souvent pour terminer au Roy d’Espagne, c’est un incontournable, surtout tout en haut, le soir lorsque tout est illuminé. Maman est allée bien souvent voir le musée de la bière si je me souviens bien. A moins qu’il ait déménagé ? Et oui pas mal de rénovation et une amie qui s’y est mariée. Bisous. Geneviève

    J'aime

  5. Suis allee en Belgique en 1977 et a Bruxelles ,visite panoramique de la ville en passant pres de Laken ,la grande place et avions deambule dans les rues adjacentes a celle du « maneken pice » et couche au Sheraton=a l’epoque superbe hotel !!

    J'aime

  6. Elle est splendide cette place et le chiffre 7 est présent partout.
    Je ne connais pas Bruxelles, peut-être un jour.
    Bonne fin de semaine.

    J'aime

  7. bonjour Josy,
    Elle est bien jolie ta belle ville, que je connais via tes partages,
    je te souhaite un bon vendredi et un bon week-end
    bises amicales Pat.

    J'aime

  8. Quel beau projet ! Tu nous emmènes à la découverte de cette belle place… merci! Tes photos, ton regard illustreront à merveille cette promenade! 👏😘

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :