Archives du tag ‘_ LA SICILE

PALERME – SUITE ET FIN …   8 comments


Fontaine Pretoria

Nous voilà arrivés à la fin du voyage … J’ai essayé de vous montrer les endroits que j’ai particulièrement aimés…

Bien sûr, j’aurais pu vous montrer plus de splendides paysages, les moments de détente (bienvenus) … Mais alors je risquais de vous « fatiguer » (si cela n’est déjà fait …).

Je vous mets sur ce billet le lien  des quelques albums pour lesquels je n’ai pas écrit de billets …

LA FONTAINE PRETORIA – PALERME    –    LA PLACE BELLINI  –  Palerme ici et là …

A tout bientôt … Pour d’autres sujets … Merci à vous tous et toutes

Publié 30 octobre 2015 par josydhoest dans La Sicile

Tag(s) associé(s) : ,

PALERME – LE PALAIS DES NORMANDS & SA CHAPELLE PALATINE   7 comments


Le Palais des Normands

Edifice monumental et grandiose, également appelé sous le nom de Palazzo Reale.  Il a été sans doute construit sur d’anciennes fondations vers le IX siècle,  durant la période arabe.

Dès le XIe siècle, il fut le siège des souverains normands et souabes.  Restauré au XVIe siècle, il accueille à certains moments, les vice-rois et les souverains des différentes maisons européennes.  Depuis 1947, il abrite l’Assemblée Régionale Sicilienne.

Au premier étage se trouve la partie la plus importante du palais :

LA CHAPELLE PALATINE

Chapelle Palatine - Palais des Normands

Construite en 1143, elle est considérée comme l’une des expressions les plus significatives de l’art normand dans le chef-lieu sicilien.  Une basilique consacrée en 1140.

L’intérieur,  comprenant 3 nefs et d’anciennes colonnes de granit et de marbre soutenant les arcs en ogive, est de toute beauté.  La partie décorative  ressort par la valeur extraordinaire des décors en mosaïque  et par le remarquable plafond en bois (XIIe siècle), œuvre d’artisans fatimides. Chaque poutre est décorée par diverses représentations d’animaux, d’étoiles, de danseurs et de diverses scènes.

La superbe mosaïque (le Christ Pantocrator-coupole et les épisodes de la vie du Christ dans la partie absidale et aux murs du sanctuaire) a  été   réalisée par des artistes byzantins du XIIe siècle. Les photos sont visibles en cliquant sur ce lien : LE PALAIS DES NORMANDS – SA CHAPELLE PALATINE

Publié 29 octobre 2015 par josydhoest dans Palerme

Tag(s) associé(s) : ,

PALERME – SA CATHÉDRALE   8 comments


Sa cathédrale

Cathédrale

Sa construction débute en 1184  sur le site d’une ancienne basilique byzantine, devenue une mosquée au Ixe siècle, lorsque les sarrasins conquirent la ville.  Elle est entourée d’une balustrade en marbre couronnée de sculptures la plupart baroque.

Une série de restaurations, de modifications se sont succédées au cours des siècles.  Les 4 clochers ont vu le jour au XIVe, les portiques méridional et septentrionale ont été construits entre le XVe et le début du XVIe.

Les 2 clochers  qui encadrent la façade sont ornés de motifs de motifs qui rappellent des thèmes islamiques par l’alternance d’éléments végétaux.

Le portique du XVe siècle présente une richesse de détails décoratifs d’empreinte gothiques.  La nef baroque est beaucoup plus récente et fut élargie à la fin du XVIIIe siècle.

L’intérieur de la cathédrale est du pur style néoclassique.

Envie de voir plus de photos ?  Voici le lien qui vous sera nécessaire :  LA CATHÉDRALE DE PALERME

A tout bientôt à la découverte du Palais des Normands (sa chapelle Palatine)

LE CLOITRE DE MONREALE   16 comments


L’abbaye Bénédictine a été construite en même temps que la cathédrale.  A subi des ajouts successifs au moins jusqu’à la fin du XIVe.  L’élément le plus remarquable est son splendide cloître.

Situé entre le flanc sud de la cathédrale et de l’ancien dortoir du couvent, le cloître, dès qu’on franchit son seuil nous donne un sentiment de grandeur et d’harmonie.

blog3

« Le regard va sans s’arrêter des marbres aux bas-reliefs, des mosaïques aux moulures, mais sans perdre de vue l’ensemble qui possède une si belle élégance;  en ces galeries mauresques les colonnes ont une légèreté, une variété qui peuvent sembler trop mondaines pour un cloître, mais qui enchantent et fascinent . …  » – Bourquelot Voyage en Sicile – 1848.

 Sur un carré parfait(47/47m) se déploie une suite d’arcs en ogive, qui s’ouvrent à l’intérieur sur l’ancien jardin du couvent.  Les colonnes (228) supportent les chapiteaux dont les formes ne cessent de varier  et où les artistes, libres de s’abandonner à leur imagination créatrice, ont sculpté les motifs les plus divers sans suivre un plan iconographique précis.

blog2

On va de scènes de la vie de Jésus à des scènes de l’ ancien testament, en passant par des scènes de chasse, de vendages, de combat, jusqu’au sacrifice de Mithra et ainsi de suite.  Leur interprétation, qui n’est pas facile, demanderait une connaissance complète de la symbologie médiévale et des bestiaires dont s’inspiraient les sculpteurs de l’époque.

blog1

Je vous présente ce magnifique endroit, dit « le petit cloître » ce lieu splendide qui fascina Maupassant et lui fit écrire ces lignes :

« Comment peut-on ne pas aimer les cloîtres, ces lieux tranquilles, fermés et frais, inventés semble-t-il, pour faire naître la pensée qui coule des lèvres, profonde et claire, pendant qu’on va à pas lents sous les longues arcades mélancoliques ?

Comme elles paraissent bien créées pour engendrer la songerie, ces allées de pierre, ces allées de menues colonnes enfermant un petit jardin qui repose l’œil sans l’égarer, sans l’entraîner, sans le distraire ! …

L’exquise proportion, l’incroyable sveltesse de toutes ces légères colonnes, allant deux par deux, côte à côte, toutes différentes, les unes vêtues de mosaïques, les autres nues ; celles-ci couvertes de sculptures d’une finesse incomparable, celles-là ornées d’un simple dessin de pierre qui monte autour d’elles en s’enroulant comme grimpe une plante, étonnent le regard, puis le charment, l’enchantent, y engendrent cette joie artiste que les choses d’un goût absolu font entrer dans l’âme par les yeux ».

Voici le lien de l’album mis sur FB : LE CLOÎTRE DE MONREALE

Merci à vous d’être passé par ici ! A tout bientôt

 

Publié 21 octobre 2015 par josydhoest dans aux amis du net !, Découverte d'une ville, je vous invite, La Sicile

Tag(s) associé(s) :

MONREALE   13 comments


S’étend sur les collines qui descendent de la ceinture montagneuse calcaire qui délimite la Conca.  Construite à l’époque normande autour d’un monastère de Bénédictins, elle fut la résidence préférée des souverains normands qui y effectuaient leurs battues e chasse. Elle se distingue de nos jours, non seulement par sa cathédrale  avec son cloître mais aussi par l’empreinte médiévale et pour son environnement où s’inscrivent des demeures et des constructions de la période baroque.

27052015-DSC_4702

12 - MONREALE4

LA CATHEDRALE

Une beauté de l’art normand en Sicile ! Elle a été construite sous les auspices de Guillaume II dans la deuxième moitié du XIIe siècle et se distingue pour les ornements en mosaïque qui revêtent l’intérieur et pour l’architecture qui dénote des origines fatimides et musulmanes très en vogue en ce temps là.

DSC_4708 (2)

La façade présente, dans la partie supérieure, le motif ornemental arabe récurrent des arcs entrelacés tandis que dans la partie inférieure un portique ajouté dans la seconde moitié du XVIIIe  relie les  puissantes structures garnies de tours. (dont celle de gauche non terminée).

12 - MONREALE1

Faisant partie du magnifique portail, cette très belle porte en bronze décorée par Bonanno Pisano dans le 2e moitié du XIIe siècle

Faisant partie du magnifique portail, cette très belle porte en bronze décorée par Bonanno Pisano dans le 2e moitié du XIIe siècle

Avant d’entrer ….

12 - MONREALE2

Un raccourci des splendeurs de l’intérieur ! …

12 - MONREALE5

 (Ces notes sont extraites du livre « Art et Histoire » de la Sicile)

A TOUT BIENTOT POUR LE CLOITRE  ! …. 

Publié 18 octobre 2015 par josydhoest dans aux amis du net !, Découverte d'une ville, je vous invite

Tag(s) associé(s) :

Et voici le dernier temple que j’ai visité   12 comments


Segeste

DSC_4543 (2)

La vieille ville était située sur les pentes du mont Barbaro et il semble qu’elle ait été abandonnée progressivement après la conquête romaine puis détruite par les Vandales.

Le temple solitaire de Ségeste se dresse en dehors de la zone urbaine, sur les pentes des flancs occidentaux du Mont Barbaro. Témoin parmi les plus significatifs de l’architecture dorique, il date de le 2e moitié du Ve siècle av.J.C.

DSC_4541 (2)

Le temple solitaire de Ségeste se dresse en dehors de la zone urbaine, sur les pentes des flancs occidentaux du Mont Barbaro. Témoin parmi les plus significatifs de l’architecture dorique, il date de le 2e moitié du Ve siècle av.J.C.

Le temple solitaire de Ségeste se dresse en dehors de la zone urbaine, sur les pentes des flancs occidentaux du Mont Barbaro. Témoin parmi les plus significatifs de l’architecture dorique, il date de le 2e moitié du Ve siècle av.J.C.

DSC_4560 (2)

Tout autour du temple …

Ce temple inachevé présente une série de colonnes, puissantes, archaïques posées sur un soubassement à 3 gradins soutenant la puissante structure architravée, avec les 2 tympans sur le fronton. 

Ce temple inachevé présente une série de colonnes, puissantes, archaïques posées sur un soubassement à 3 gradins soutenant la puissante structure architravée, avec les 2 tympans sur le fronton

Ce temple inachevé présente une série de colonnes, puissantes, archaïques posées sur un soubassement à 3 gradins soutenant la puissante structure architravée, avec les 2 tympans sur le fronton

DSC_4573 (2)

DSC_4577 (2)

DSC_4584 (2)

Voilà, pour les temples, c’est terminé !

En espérant ne pas vous avoir « ennuyé »…

Prochainement, je vous emmène dans un merveilleux cloître avec des chapiteaux à couper le souffle !!! 

A TOUT BIENTÔT… MERCI DE ME SUIVRE … BISOUS  

Publié 17 octobre 2015 par josydhoest dans - des temples, Découverte d'une ville, je vous invite

Tag(s) associé(s) :

SUITE DE MA DÉCOUVERTE DE SICILE – LES TEMPLES DE SELINUNTE   12 comments


SELINUNTE

DSC_4598 (2)

Le parc archéologique créé récemment,  englobe une vaste partie du territoire de Castelvetrano où, entre la colline de la Gaggera,  à l’ouest, et la colline orientale à l’est, sont disséminées les ruines de l’ancienne ville de Sélinunte.

Le premier établissement remonte au VIIe siècle av.J.C, près du fleuve Selinos (l’actuel Modione).

Temple G avec à l'arrière le temple E

Temple G avec à l’arrière le temple E

La caractéristique la plus curieuse des temples  est qu’ils sont désignés par des lettres de l’alphabet.  La cause, il n’a pas été possible de remonter aux divinités auxquelles ils étaient consacrés.

C’est pourquoi,  vous verrez en légende sous les photos présentées  les lettres  E et G …

TEMPLE   E (Ve s. av.J.C) 

temple E (3)

Se présente comme le résultat d’une restauration réalisée à une époque très récente avec l’emploi, très discutable , de techniques modernes de construction . 

A l’origine, c’était un temple dorique périptère, caractérisé par 6 colonnes sur le devant et 15 le long des côtés longs.  Il  fut construit dans le 1ère moitié du Ve siècle avt J.C, Certaines interprétations des figurations mythologiques (dont certaines se trouvent au musée archéologique de Palerme) font supposer que le temple était consacré au culte d’Héra.

(Ces notes sont extraites du livre « Art et Histoire » de la Sicile)

DSC_4601

temple E (4)

DSC_4635 (2) - Copie

TEMPLE  G

Est certainement l’ un des  plus monumentaux de l’antiquité classique et le plus vaste.(110,36 x 50,10 mètres). Sa construction fut commencée dans le 2e moitié du VIe avt  J.C .  Il était sans doute consacré à Zeus ou à Apollon.  

Temple G

Temple G

Mais il fut détruit par les Carthaginois avant d’avoir été achevé. C’est donc un amas colossal de ruines que nous visitons. Il comptait, à l’origine 8 colonnes sur le devant et 17 sur les côtés longs.  Le naos situé à l’intérieur, est caractérisé  par une double colonnade, formée par 10 colonnes de chaque côté, précédé d’un pronaos à 4 colonnes.  

 DSC_4597 - Copie

DSC_4618 (2)

DSC_4626 (2)

 Temple G (3)

Et puis , plus loin, … encore des fouilles …

DSC_4639 (2)

 A tout bientôt pour la suite, un dernier temple, c’est promis,  celui de Segeste ….

Après nous visiterons Monreale et Palerme … Mais une découverte à la fois !

DSC_4405 (2)

Publié 14 octobre 2015 par josydhoest dans - des temples, Découverte d'une ville, je vous invite, La Sicile

Tag(s) associé(s) :

SUITE ET FIN DE LA VISITE D’AGRIGENTE –   8 comments


Temple d’Hercule

DSC_4494 (2)

Parmi les nombreuses ruines se dressent encore 8 des 44 colonnes qui composaient autrefois le temple.  Elles ont été découvertes en 1924.  Ce temple dorique, probablement le plus ancien des temples d’Agrigente (vu sa structure très allongée), date du VIe av. J.C. et se caractérise par l’originalité de son plan qui comprend 3 degrés qui délimitent la plateforme rectangulaire.

DSC_4495 (2)

DSC_4498 (2)

Temple de Castor et Pollux

DSC_4526 (2)

Dédié aux Dioscures, les jumeaux nés de l’union de Jupiter et Léda.

Les 4 colonnes (emblème d’Agrigente) se présentent après une reconstruction effectuée au cours du XIXe siècle par le sculpteur V. Villareale et par l’architecte S. Cavallari.  Ces colonnes sont ce qui reste d’un temple construit au 4e siècle .

(Certaines notes mises sur les différents billets concernant la vallée d’Agrigente ont été extraites de différents livres concernant la Sicile)

DSC_4525 (2)

Et pour terminer voici quelques photos de la ville entourant la vallée

DSC_4434 (2)

DSC_4464 (2)

DSC_4415 (2)

DSC_4488 (2)

A demain  ….

pour la visite de  Sélinunte et ses temples  (2)

Merci pour l’intérêt que vous portez à mon modeste blog ! 

Bisous ! 

Publié 13 octobre 2015 par josydhoest dans - des temples, aux amis du net !, Découverte d'une ville, je vous invite

Tag(s) associé(s) : ,

SUITE DE LA VALLÉE DES TEMPLES D ‘ AGRIGENTE – LE TEMPLE JUPITER   8 comments


Le Temple Jupiter

DSC_4502 (2)

Nous sommes à l’intérieur du temple de Zeus Olympios , vaste de plus de 6000m2 (56,30×112,70 m.) 

Le temple de Zeus, ou Jupiter Olympe, construit en calcarénite locale,  est l’un des quelques édifices sacrés d’Agrigente dont l’attribution à la divinité est certaine et était le plus grand temple dorique d’Occident.  On connaît ce temple grâce à 2 sources anciennes.  Polybe(IIe siècle av.J.C.) en parle dans ses histoires comme d’un ouvrage incomplet et Diodore de Sicile ( 1er siècle siècle av.J.C.) en donne une description détaillée qui s’avère , cependant, problématique sur certains points.  Sur base de ce passage, la réalisation du temple se situe après la victoire remportée contre les Carthaginois à Himère en 480 av.J.C.  Les études les plus récentes mettent en discussion cette datation, car le projet du temple de Jupiter Olympe se différencie de ceux du temple d’Athéna à Syracuse et du temple d’Himère, tous les deux réalisés après les accords de la paix de 480 av.J.C.  Il n’est pas donc à exclure que le projet du temple et le commencement des travaux de réalisation remontent à une date antérieure et qu’ils soient à mettre en rapport avec le début de la tyrannie de Théron (488-472 av.J.C.).

DSC_4499 (2)

DSC_4501

Les vestiges monumentaux visibles aujourd’hui sont tout ce qui est resté après les destructions d’époque ancienne et récente, ainsi que celle du XVIIIe siècle, lorsque les ruines, exploitées comme des carrières, ont fourni la pierre pour la construction du môle de Porto Empedode (149-63). 

DSC_4512 (2)

L’édifice grandiose se dressait sur une imposante plateforme rectangulaire sur laquelle avait été bâti un  soubassement (crepidoma) de cinq gradins, dont celui de dessus, deux fois plus haut que les autres, formait une sorte de podium ,séparant nettement l’élévation du temple de l’aire environnante.  Au lieu de l’habituelle galerie à colonnades ouverte (peristasis),  il y avait un mur d’enceinte renforcé par des semi-colonnes  doriques (pseudo-peristasis), sept sur les côtés courts et quatorze sur les côtés longs, auxquelles correspondaient, sur la face intérieure des pilastres rectangulaires.

L’une des caractéristiques les plus extraordinaires du temple sont les Télamons ; hauts de 8 mètres environ, ces colossales figures mythologiques masculines assuraient le symbole des « barbares » carthaginois vaincus.

(Copie)d' Un des colossaux télamons qui ornaient le Temple Jupiter Olympien . L'original se trouve au musée archéologique

(Copie)d’ Un des colossaux télamons qui ornaient le Temple Jupiter Olympien . L’original se trouve au musée archéologique

 …. Si l’envie est toujours là, demain, nous terminerons la visite d’Agrigente avec les temples Castor et Pollux ainsi que le Temple d’Hercule 

Merci pour votre visite sur mon modeste blog ! 

Publié 12 octobre 2015 par josydhoest dans - des temples, aux amis du net !, Découverte d'une ville

Tag(s) associé(s) :

VALLEE DES TEMPLES – AGRIGENTE – DU TEMPLE JUNON AU TEMPLE CONCORDIA   17 comments


Le temple de Hera Lacinienne (Junon)

temple Junon (7)

 Construit  aux environs de 450-440 av. JC , l’édifice, orienté à l’Est, comme les autres temples de la vallée, a les dimensions suivantes :

La haute plateforme rectangulaire, montée sur 4 énormes gradins mesure 41,106 m. de longueur et 20,260m. de largeur ; elle forme un double carré qui occupe une superficie de 832.807 m2.

L’ensemble atteignait la hauteur de 15,31 m.  34 colonnes reposent sur la base, dont 6 en façade et 13 sur les longueurs – y compris celles des angles – Chaque colonne est formée de 4 tambours creusés de 20 cannelures à arêtes, de 6,32 m de ht et de 1,70 de diamètre.

temple Junon (6)

Déclaré monument national en 1748, on peut encore admirer 30 colonnes, dont 16 ont encore leurs chapiteaux. (On distingue encore sur les murs les traces du feu rappelant le saccage et la destruction totale de la ville par les Carthaginois en 406 a.JC.

temple Junon (1)

Les Murailles entre le temple Junon et le  temple Concordia 

DSC_4445 (2)

Dans cette crête rocheuse, nous voyons que de nombreuses niches y ont été creusées, avec un plafond voûté, elles étaient utilisées comme tombeau.  On les appelle des arcosolia. Elles n’appartiennent pas à l’ouvrage défensif d’origine (la crête faisait fonction de muraille défensive de la cité grecque d’une longueur d’environ 12 km.) mais on été réalisées entre le Ive et le VII siècle de notre ère.

DSC_4442 (2)

Une fois sa fonction de structure défensive perdue, le mur accueille une nécropole paléochrétienne.  Plusieurs tombes à arcosolium sont ici reconnaissables.  (typologie funéraire dans les catacombes chrétiennes, caractérisée par une tombe en coffre fermée par une dalle horizontale(mensa) et surmontée par une niche voûtée, enduite et peinte.)  Ces tombes contenaient 2 ou 3  sépultures accolées ou superposées et étaient disposées sur un ou plusieurs niveaux.

DSC_4450 (2)

Et nous repartirons demain, si vous en avez envie , vers le Temple Jupiter … 

Publié 11 octobre 2015 par josydhoest dans - des temples, Découverte d'une ville

Tag(s) associé(s) :

%d blogueurs aiment cette page :