Archives du tag ‘SGRAFFITES A BRUXELLES –

QUAND BRUXELLES BRUSSELAIT – IXELLES   9 comments


IXELLES suite & fin !

UN CLIC ICI : POUR ACCEDER  A L ALBUM DEDIE A IXELLES

Mais suite bientôt ailleurs !

Restons à la rue Defacqz et arrêtons au n° 71 – maison personnelle de Paul Hankar – architecte – (voir article précédent). Elle date de 1893 et sa façade a été restaurée en 1995 par Marc Henricot.

rue Defacqz  ixelles  (16)

Nous sommes devant une œuvre géniale de Paul Hankar où verticalité et courbes se mélangent, se marient de façon tout à fait harmonieuse. Les sgraffites signés Adolphe Crespin sont d’un style raffiné . Nous y trouvons un tigre du Bengale , rarement vu dans les sgraffites. Si l’on s’attarde devant cette belle maison, on constatera que l’art oriental , dans les sujets présentés sont dominants. ( A admirer dans l’album-photos cité plus haut ; un clic sur le lien bleu et vous y êtes ! )

° ° ° ° °

Pour exécuter les sgraffites, les tracés ,expliqués dans un de mes billets, ne suffisent pas ! Encore faut-il choisir la méthode de peinture !

La peinture à fresco – La peinture A secco et mi-secco – et la  peinture à tempera !

 

Je ne peux, ici, vous détailler ces différentes méthodes … Mais je parie que ceux qui en ont envie iront sur des « moteurs de recherche » et trouveront réponses à leurs questionnements.

Publicités

QUAND BRUXELLES BRUSSELAIT à IXELLES suite 2   15 comments


Je suppose que vous avez repris votre souffle et que nous pouvons continuer notre balade dans les rues de Bruxelles à la recherche des façades ornées de sgraffites ! Arrêtons-nous au 29, rue du Câtelain  …

Cette maison date de 1895 – Architecte Ernest Blérot – Sgraffites non attribués.

Le renard et la cigogne !

Compère le renard se mit un jour en frais,

Et retint à dîner commère la cigogne.

Le régal fut petit et sans beaucoup d’apprêts,

Le galant pour toute besogne,

Avait du brouet clair ; il vivait chichement.

Ce brouet fut par lui-même servi sur une assiette :

La cigogne au long bec n’en pu attraper une miette ;

Et le drôle eut lapé le tout en un moment.

Pour se venger de cette tromperie,

A quelque temps de là, la cigogne le prie.

Volontiers, lui dit-il, car avec mes amis

Je ne fais point de cérémonie.

A l’heure dite, il courut au logis

De la cigogne son hôtesse,

Loua très fort sa politesse,

Trouva le dîner cuit à point ;

Bon appétit surtout : renards n’en manquent point.

Il se réjouissait à l’odeur de la viande

Mise en menus morceaux, et qu’il croyait friande.

On servit, pour l’embarrasser

En un vase à long col et d’étroite embouchure.

Le bec de la cigogne y pouvait bien passer ;

Mais le museau du sire était d’autre mesure.

Il lui fallut à jeun retourner au logis,

Honteux comme un renard qu’une poule aurait pris ;

Serrant la queue, et portant bas l’oreille.

Trompeurs, c’est pour vous que j’écris :

Attendez-vous à la pareille.

Jean de La Fontaine.

Vous trouverez dans un album-photos plus de détails … Je le mettrai pour tout public dès que nous aurons terminé de visiter Ixelles.

(désolée, j’ai eu quelques difficultés a intégrer ces 2 photos (Wdp vient de changer sa façon de travailler)

Publié 29 novembre 2012 par josydhoest dans Découverte d'une ville

Tag(s) associé(s) : ,

QUAND BRUXELLES BRUSSELAIT à IXELLES …   23 comments


Après avoir bu un pot, bien mérité, à la Porteuse d’eau nous continuons notre périple à la recherche des sgraffites… Mais comme, je n’aime pas trop rester dans un coin, je délaisse un peu Saint-Gilles… Mais soyez sans crainte ! Nous y reviendrons …

ALLEZ, je vous invite aux 12 travaux d’Hercule !

Au fait, les connaissez-vous ???

J’attends vos réponses !

Bon passons aux choses sérieuses et arrêtons-nous

à la rue Defacqz, au n° 48(mon coup de cœur d’Ixelles)

Hôtel Ciamberlani de 1897 – Architecte Paul Hankar – Sgraffites Projets d’Albert Ciamberlani.

Enfin restauré, nous pouvons admirer l’Art Nouveau dans toute sa beauté ! Voyez ! Avez-vous remarqué avec quelle finesse et ingéniosité l’architecte plie le bois, le courbe et y intègre les verrières ? (Je suis restée « scotchée » devant cet immeuble durant … Oh, j’ose pas vous le dire !!! (plus de 40 photos faites!!!) Mais rassurez-vous ,je ne vous les mettrai pas toutes (pour cela il faudra aller sur l’album-photos).

Regardez, admirez ces médaillons réalisés comme des tableaux dans lesquels on peut reconnaître La Force – l’endurance et le courage …

Mais aussi, arrêtons-nous sur la façade, percée de 2 baies au linteau arrondi, ornée de vastes sgraffites  :

« Un jeune homme se penche sur l’enfant (dans le bas, au milieu), un jeune couple avec l’enfant occupe l’angle de droite et à gauche, on peut apercevoir la silhouette d’un vieillard nu, tenant un bâton dans la main, qui tourne dos au reste de la scène. Ce sont les âges de la vie qui sont ainsi mis en parallèle, avec l’arbre de vie » (L’art dans la rue. Les sgraffites).

 

 

Je vais vous laisser respirer un peu … Je reviendrai sur le sujet dans le courant de la semaine prochaine ! Bien de bonnes choses à vous tous et toutes … Que votre vie soit belle !

SAINT-GILLES : LA PORTEUSE D EAU   8 comments


 

Je vous invite à venir vous désaltérer

 I C I

JE VOUS ATTENDS !

Publié 21 novembre 2012 par josydhoest dans Découverte d'une ville

Tag(s) associé(s) : ,

QUAND BRUXELLES BRUSSELAIT … suite n° 3   26 comments


SAINT-GILLES

Nous prenons la rue Vanderschrick !

Une rue qui nous fait découvrir l’Art Nouveau à chacun de nos pas et cela grâce à l’architecte Ernest Blérot qui a conçu , ici, 17 maisons bourgeoises.

Un plaisir pour les yeux de découvrir les détails des balcons, des portes et les sgraffites faisant honneur au monde végétal . (malheureusement les artistes n’ont pas été identifiés – mais nous devons leurs restaurations à Claire Fontaine) .

                                                                           Ici, il faudra si vous  avez l’envie d’en voir un peu plus , vous diriger vers ce lien : QUAND BRUXELLES BRUSSELAIT – SGRAFFITES de SAINT-GILLES  

BISOUS A TOUS ET TOUTES et SI TOUT VA BIEN  …. A DEMAIN  !!!

Publié 20 novembre 2012 par josydhoest dans Découverte d'une ville, je vous invite

Tag(s) associé(s) : ,

QUAND BRUXELLES BRUSSELAIT suite 2   25 comments


Vous avez dit sgraffites ?

Mais avec quoi fait-on le tracé ?

C’est fil métallique qui est l’instrument utilisé pour l’incision du dessin dans l’enduit frais. Il est replié sur lui- même et fixé dans un manche.

C’est l’ instrument dont les sculpteurs se servent pour travailler la terre cuite.

St-Gilles – Place Eugène Morichar n° 14

cette maison date de 1899 – Architecte Georges Delcoigne – Sgraffites non attribués.

  

QUAND BRUXELLES BRUSSELAIT suite 1   21 comments


Vous avez dit sgraffites ?

La technique & la pratique

Vous superposez 2 couches d’enduit de couleurs différentes.

Le 1ère, foncée, constituera la couche de fond .

La 2ème sera claire et formera la couche superficielle.

Dès l’application du dernier enduit , le dessin sera méticuleusement incisé dans celui-ci et révélera la 1ère couche foncée.

L’art du sgraffite exige que le dessin soit incisé dans le frais des 2 enduits, ce qui exige une exécution rapide.

En effet, après la carbonisation de l’enduit de surface, aucune incision n’est rendue possible.

SAINT-GILLES : Place Eugène Morichar n° 10

Cette maison date de 1900 – sgraffites non attribués. 

Voilà je vous laisse avec ces photos … jusqu’à demain  ! Bisous à mes ami(e)s fidèles de longue date

 

A

%d blogueurs aiment cette page :