Archives de la catégorie ‘ARTS

BRUXELLES – SA GRAND PLACE – IMMEUBLE « LE PIGEON »   5 comments


LE PIGEON – N° 26_- 27 

 

18 LE PIGEON2

La maison appartenait, en 1510, à la Corporation des Peintres, « Le Pigeon » fut détruite en 1695, et le terrain vendu à l’architecte Pierre Simon, qui la reconstruisit dans un style d’un sobre classicisme.

On y retrouve la superposition de 3 ordres : dorique au rez-de-chaussée, ionique au 1er étage et corinthien au 2e étage.

Les remarquables mascarons qui ornent la façade peuvent être considérés comme des modèles du genre.

 Le gâble triangulaire orné de trois ou cinq vases achève la maison et est sobre de ligne.

 C’est dans la seconde partie de l’immeuble, divisé en 2, que Victor HUGO passa l’année 1852.

18 LE PIGEON

Le logis du poète proscrit était bien pauvre, mais quel luxe que cette fenêtre. ! Sa chambre avait une exposition super sur l’art, la civilisation et l’histoire.

 C’est là qu’il écrivit »Le Petit Caporal » et une partie des « châtiments ».

Pour la petite histoire …

Évoquant les visites que lui faisait le Bourgmestre, le poète prenant comme toujours lorsqu’il s’agissait de lui les plus hautes références, écrivit : « l’amertume de Dante était de monter l’escalier de l’étranger ».  La joie de Charles de Brouckère était de monter l’escalier du proscrit.

C’est dans cette petite chambre qu’HUGO, plein de fureur vengeresse contre NAPOLÉON III, donne à ses visiteurs la primeur des pièces en vers ou en prose qu’il multiplie.  Cette activité finit par porter ombrage au Gouvernement français.  Craignant des complications, les autorités belges firent comprendre à HUGO que sa présence n’était plus souhaitable.  Le poète gagna alors Jersey puis Guernesey.

Lorsqu’il revint plus tard à Bruxelles, plus soucieux désormais de confort que de pittoresque, il préféra s’installer Place des Barricades.

 

 

UNE DEVINETTE …   12 comments


je viens de passer une bonne partie de l’après-midi à remettre « à l’ordre du jour » un album concernant le musée des B.A de Bxl fait en 2011 … (+ de 200 photos ) sur lesquelles j’ai mis le nom des peintres et le titre de L4 œuvre … Alors, j’ai constaté qu’à l’époque, j’avais photographié énormément de détails … C’est la raison pour laquelle je mettrai un de ceux-ci en demandant le nom de l’artiste et le nom de l’oeuvre !

Théodoor Rombouts Anvers 1597-1637 PROMETHEE (6)

 

Un indice : 17e siècle

La balle est dans votre camp !

 

 

Publié 24 novembre 2019 par josydhoest dans Appel aux Zinzins, ARTS, MUSEES, PEINTURES, REGARDS

BRUXELLE LA GRAND-PLACE- IMMEUBLE LE CORNET   10 comments


le cornet

Avant que la corporation des Bateliers y loua une chambre en juin 1434, le nom ancien de l’immeuble « La Montagne » – « Den Berg » signalé déjà en 1297, avait été remplacé par celui du Cornet (juin 1412).

La maison du Cornet est assurément une des plus originales de la Grand’Place.  L’architecte a créé une œuvre bien personnelle et bien flamande.

Comme la maison appartenait aux Bateliers, Pastrona a rappelé cette destination d’une manière concrète et originale en donnant au gâble la forme d’une poupe de navire.  Seule la fenêtre du centre se trouve dans un plan droit.  Les autres sont placées dans une partie rentrante ou concave, ce qui donne à la façade, en réalité très étroite, une impression de plus grande largeur.

Bruxelles-Grand-Place 2017-72

  Entre le rez-de-chaussée et l’entresol et au centre, un bas relief, où l’on voit un cornet.

A l’étage, aux angles se dressent des vases élégants, garnis de fleurs.

Au 2ème étage, dans les parties rentrantes, des ornements empruntés à la batellerie et à la navigation, ancre, cordage, etc…

Bruxelles-Grand-Place 2017-73

 

Enfin, au dessus du 2ème étage, commence le fronton, représentant la poupe d’un navire du 17e siècle.

Bruxelles-Grand-Place 2017-85

Sur la plate-forme, des chevaux marins montés par des cavaliers dont l’un souffle dans une conque, tandis que l’autre brandit un trident doré, au milieu, un triton capturant un poisson.

 Dans la partie supérieure, le médaillon du Roi d’Espagne, Charles II, encadré de 4 figures qui symbolisent les vents.

Bruxelles-Grand-Place 2017-87

Les angles de l’encastillage sont gardés par 2 marins aux pieds desquels s’agit un dauphin.  En haut, 2 lions tiennent l’écusson royal d’Espagne.  Enfin, pour achever cette imitation de la poupe d’un navire, une balustrade placée autour de la toiture rappelle le garde-fou d’un navire.  C’est tout-à-fait original et tout-à-fait digne du génie fantaisiste de nos constructeurs du 17e siècle.

Merci à vous de me suivre et à bientôt pour un autre immeuble .D’ici là, portez-vous bien !

 

 

SEPTEMBRE -LE FESTIVAL DES MARIEURS   9 comments


 

 A LISDOONVARNA !  

Au mois de septembre a lieu dans cette ville le festival des marieurs.

Lisdoonvarna

Jusqu’en 1950, les fermiers venaient en ville après le temps des récoltes pour se reposer, se distraire et chercher à  se marier.  Ainsi, dans un passé encore récent, arranger des mariages avec le marieur qui présentait les couples  était une chose courante  dans les régions rurales.

23-7 Lisdoonvarna2

La tradition a depuis lors un peu changé, mais  Lisdoonvarna, en septembre, est encore pleine de fermiers nerveux et de jeunes filles timides qui espèrent rencontrer l’âme sœur.

Lisdoonvarna - Cette oeuvre en bronze de 4 pièces est de Cliodha Cussen.Cette œuvre en bronze de 4 pièces est de Cliodha Cussen.

 

Espérons que cette année encore,  leur rêve se soit réalisé.

 

Publié 29 septembre 2019 par josydhoest dans ARTS, Découverte d'une ville, IRLANDE, je vous invite

Voici »enfin » la fin ….   11 comments


de notre visite à … L’institut des Ursulines …

Un bref passage dans

LA  SALLE SAINTE-URSULE

 dominée par des scènes murales de la vie de la sainte précitée, inspirées du célèbre sanctuaire d’Ursula de Hans Memling.  Il est à noter que les scènes ont été peintes sur du lin gobelin, une technique qui a été redécouverte en France vers 1861 et dont seuls  quelques exemples ont été conservés en Belgique.  Les décorations murales teintées ont été placées dans un cadre architectural dans lequel la néo-renaissance, l’empire, les beaux-arts et l’art nouveau se combinent pour former une unité remarquable.

La salle est principalement utilisée en théâtre pour des conférences et autres petits spectacles.

LA SALLE SAINTE-URSULE

Tout ce que nous avons découvert est lové dans un domaine  où les couleurs de saison du parc appellent au calme et la douceur d’y vivre.

L'extérieur1

Un écrin superbe et digne de cette demeure !

Un petit aperçu de l'extérieur

 

J’ai eu énormément de plaisir à partager avec vous cette découverte !  Merci à  vous de m’avoir suivie  … A bientôt ! 

Et merci aux différentes sources puisées dans Internet.

 

 

Publié 6 novembre 2018 par josydhoest dans ARCHITECTURE, ARTS, COINS DE BELGIQUE -, je vous invite, REGARDS

Avant dernier partage sur …   5 comments


l’institut des Ursulines !

Après avoir  déambulé dans des salles, monté des marches , longé des corridors…  Un  étonnant couloir s’est présenté …

Après un moment de surprise … d’agréable surprise devrai-je dire, il était trop tard pour  compter le nombre de « cellules à pianos » mais je peux vous dire qu’il y en avait beaucoup !

Une pensée s’est présentée, instantanément, dans ma petite cervelle … : « Mince, c’est pas évident de jouer à plusieurs dans ce lieu !!! Cela doit être une belle cacophonie … Enfin, je parie que ste-Cécile (trônant au bout du couloir) doit se boucher les oreilles de temps en temps  »  … Mais non, maintenant que vous connaissez un peu mieux l’endroit, tout, ici, a été étudié pour que l’harmonie (et sans doute la discipline) règne en ce lieu!

Bon, trêve de plaisanterie !   pour encore oser mettre à jour mes différentes sensations !  Je vous laisse admirer …

galerie des pianos

A plus, SI VOUS LE VOULEZ BIEN, pour découvrir (encore) une petite salle qui porte le nom de Sainte-Ursule ! Rassurez-vous,  il n’y a que 3 photos … 

Pour terminer, je vous montrerai l’écrin dans lequel  est logé tout ce que vous avez eu la gentillesse de visiter avec moi ! 

SUITE DE NOTRE VISITE -LE RÉFECTOIRE DES FABLES !   8 comments


D’emblée, je peux vous dire qu’au moins (si pas plus) 150 chaises sont à notre disposition durant les vacances scolaires et les weekend !

DSC_8161INSTITUT DES URSULINES - 29-09-2018_

DSC_8178INSTITUT DES URSULINES - 29-09-2018_

Effectivement, cet espace est toujours en service pour les étudiant(e)s .  J’ai pris plaisir à relire les fables de la Fontaine  en vous préparant ce billet.  Je ne vous présenterai que les peintures qui décorent les murs … Je parie que certain(e)s d’entre vous, qui avez pris le temps de visiter ce modeste blog, connaissent encore par « cœur » la plupart des « morales » attribuées aux fables….

Montages1Réfectoire des Fables de la FontaineRéfectoire des Fables de la Fontaine2

Si vous avez envie de regarder l’entièreté des photos sur le sujet, je vous mets le lien qui vous conduira à l’album :

UNE PERLE DE L ART NOUVEAU

Prochaine visite à l’église monastique … Si vous le voulez bien !

Suite de la visite de l’Institut des Ursulines (pas la fin) !   11 comments


Le réfectoire des fêtes.

Comme son nom l’indique, ce réfectoire était principalement utilisé pour les fêtes.  Contrairement à la disposition des autres aménagements, le mobilier d’origine ne consiste pas en de longues tables placées dans la longueur de la pièce mais en des tables plus petites pouvant être disposées en groupe de huit.

Différentes zones avec leurs produits locaux ont été proposées sur les murs.

La salle à manger est encore utilisée pour des fêtes, mais maintenant se sont les visiteurs qui remplacent les pensionnaires.

A tout bientôt, si vous le voulez bien 

 

Un couloir qui se transforme en un promenoir lumineux ! (Suite de la visite de l’Institut des Ursulines)   10 comments


 

Le couloir Empire, un promenoir lumineux

nommé d’après le décor caractéristique du plafond et du verre gravé à l’eau-forte, il  constitue l’axe de liaison central entre le jardin d’hiver et l’escalier d’honneur.

Le couloir Empire, un promenoir lumineux

Ce qui frappe dans cet espace, c’est l’abondance de lumière du jour qui passe par les doubles portes en vitrail.  Ces portes reliaient le majestueux couloir  à la cour très appréciée en été.

Nous l’empruntons pour visiter plusieurs salles .

1 ) La salle des Alpes

Salle des Alpes

Qui tire son nom de la série remarquable de quatorze paysages suisses représentés sur les murs.(Pas possible de les photographier sans perturber les visiteurs!).

  A l’instar du jardin d’hiver adjacent, cet espace servait à l’origine de lieu de rencontre ; mais il y avait aussi de petits concerts.  Le mobilier de salon original en acajou de couleur sombre avec des chaises assorties de style empire est toujours présent.

A tout bientôt pour la suite de la visite (si vous le voulez bien) et Bon weekend ! 

Publié 26 octobre 2018 par josydhoest dans ARCHITECTURE, ARTS, COINS DE BELGIQUE -, je vous invite, REGARDS

APRES LE JARDIN D’ HIVER …Suite de la visite de l’institut des Ursulines   9 comments


 

La particularité du reste du complexe réside également dans les intérieurs de reconstruction éclectique, assez bien préservés et très soignés, où différents styles alternent en harmonie.

La décoration est non seulement toujours chargée de façon symbolique, mais, conformément à sa fonction principale, elle sert non seulement à des fins esthétiques, mais également à des fins didactiques.

Voici une partie du  couloir  donnant accès (entre autre) du jardin d’hiver .

 

DSC_8261INSTITUT DES URSULINES - 29-09-2018_

DSC_8028INSTITUT DES URSULINES - 29-09-2018 +_

Il est décoré de grandes  peintures  reprenant les spécificités de certaines villes et régions de la Belgique dont voici quelques  les détails.

couloir cernant 3 côtés du jardin d'hiver

couloir cernant 3 côtés du jardin d'hiver1

A tout bientôt pour la suite de la visite ! … Si vous le voulez bien ! 

%d blogueurs aiment cette page :