Archives de la catégorie ‘ARTS

A VOUS – BEAUFORT   11 comments


 Toi l’amie, toi l’ami !

 En ouvrant mon modeste point d’ancrage

Vois-tu ce qui vient de loin ?

BEAUFORT 2018 NIEUPORT-01

Dis-moi l’ami, dis-moi l’amie …

Serait-ce quatre cavaliers venus du fond des océans ?

Bravant écumes des flots …

 Des vagues, les submergeant ?

BEAUFORT 2018 NIEUPORT-47

Ils sont loin encore ces intrépides …

Et pourtant … J’ai bien pensé un instant, un instant seulement !

Reconnaître 4 cavaliers apportant l’apocalypse.

Beaufort LR Nieport_-23

Voyez ! Ils sont proches maintenant …

Beaufort LR Nieport_-18

Beaufort LR Nieport_-28

Certains sont venus en curieux, appareils au poing !

Beaufort LR Nieport_-21

Un homme accueillant  leur apporte une bonne bouteille !

 

Et moi, au milieu de ce spectacle, je savoure la beauté fougueuse

Des chevaux et de ceux qui les cravachent …

BEAUFORT 2018 NIEUPORT-11

BEAUFORT 2018 NIEUPORT-4

BEAUFORT 2018 NIEUPORT-9

BEAUFORT 2018 NIEUPORT-17

Je viens de vous présenter une autre œuvre figurant dans Beaufort 2018

L’auteur :    NINA BEIER  

BEAUFORT 2018 NIEUPORT-28

 

Publicités

BEAUFORT 2018 – suite 2 – A MIDDELKERKE   6 comments


Voici le lien qui vous conduira sur l’album-photos : BEAUFORT 2018 – suite 2 – A MIDDELKERKE

Une oeuvre de de Kader Attia « La terre promise » .

Plus de 30 000 soldats coloniaux africains ont perdu la vie pendant la première guerre mondiale, mais leurs descendants n’ont jamais obtenu le droit d’immigrer en Europe, laissant intacte l’idée que l’Europe est une terre promise.

One drive

L’installation de Kader Attia est un monument temporaire offrant un tombeau digne aux soldats coloniaux et aux migrants qui se sont noyés en mer en essayant de rejoindre l’Europe. Dans la perspective de la mer, les miroirs sont beaux et étincelants, mais de plus près, ils ne reflètent que la réalité, incarnant ainsi la désillusion de très nombreux migrants.

One drive1

Dès que le temps sera plus clément, je continuerai mes visites et vous présenterai mes découvertes.  A tout bientôt et bon mois de mai !!!

BEAUFORT 2018 – SUITE 1 –   8 comments


 

ADINKERKE   (lieu : Domaine naturel Garzebekeveld – Vijverstraat – Adinkerke)

Voici le lien pour accéder à l’album complet : BEAUFORT – ADINKERKE

MONUMENT FOR CERVUS VITALIS #2 (Malus Sylvestris) de STIEF DESMET  – artiste belge

BEAUFORT 2018 - ADINKERKE-13

Cette œuvre est une statue en bronze représentant un cerf.  L’artiste Stief Desmet, souligne les lignes de  fracture entre les différentes parties du corps.  Certaines parties de l’animal ont même été carrément  supprimées.  Ces éléments indiquent que la statue n’est pas un ensemble fini, mais une phase de processus.

  L’œuvre oppose une résistance au désign strict des parcs, où des frontières artificielles sont souvent tracées entre la nature et la culture, entre l’être humain et son environnement.  Cette fragmentation semble incarner la contradiction de la propension humaine à dominer la nature.

C’est dans un espace verdoyant (mais bruyant-non loin de l’autoroute) que vous pourrez admirer cette oeuvre .

BEAUFORT 2018 - ADINKERKE-37

La prochaine découverte a déjà été évoquée sur FB.  Mais, je ne suis pas certaine que tous et toutes ont eu l’occasion de l’avoir vue … Je vous emmènerai à Middelekerke où l’artiste KADER ATTIA expose son oeuvre ! A tout bientôt ! Et merci de me suivre le long du littoral belge.

BEAUFORT 2018 – LA PANNE   14 comments


BEAUFORT 2018

LA TRIENNALE D’ART DU LITTORAL

 

Beaufort est un projet unique alliant culture et tourisme dans le biotope naturel du paysage côtier.

Cette sixième édition est visible du 30 mars au 30 septembre 2018.

Je vous présente, en photos, l’œuvre de Jos De Gruyter & Harald Thys (artistes belges) exposée à La Panne .

Voici le lien qui vous conduira vers l’album-photo concernant cette oeuvre : 

BEAUFORT 2018 – LA PANNE

BEAUFORT 2018 - DE PANNE & KOKSIJDE-17

« Avec leur silhouette monolithique et leur forme épurée, les Drie Wijsneuzen de La Panne ponctuent le littoral.  Ils cadrent dans une tradition de monuments héroïco-réalistescomme la statue de la Liberté de New York, le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro ou le Colosse de Rhodes.

BEAUFORT 2018 - DE PANNE & KOKSIJDE-42

Ce sont des statues ayant servi à l’origine de balise ou d’indicateur et devenues à leur tour des pôles d’attraction touristiques.

BEAUFORT 2018 - DE PANNE & KOKSIJDE-22

Par delà leurs têtes, les Wijsneuzen » désignent l’Angleterre, la France et la Belgique.

  Mais leurs connaissances énigmatiques s’étendent probablement dans le prolongement des trois régions, et bien au-delà encore. »

(Présentation du programme West-vlanderen) Pour plus d’info : info@beaufort2018.be   www.beaufort.be  ou sur FB beaufort 2018.

 

PROCHAINE PRESENTATION : L’oeuvre de STIEF DESMET (sculpteur belge) visible à ADINKERKE 

 

 

Publié 27 avril 2018 par josydhoest dans ARTS, BELGIQUE, je vous invite, REGARDS

TABLEAU DU SAMEDI #11# – JAMES ENSOR PEINTRE BELGE.   9 comments


 TABLEAU DU SAMEDI

 ATELIER  géré par LADY MARIANNE

JAMES ENSOR   Peintre et graveur belge  – Nait un  13 avril 1860 à Ostende .  Décède le 19 novembre 1949 à Ostende.

James Ensor 2-25

  •     *     *     *     *     *

Ostende sera la ville de 2 autres peintres : Spilliaert  ( 1881-1946) présenté dans le 1er Tableau du samedi  et Permeke (1886-1952) que je vous présenterai une prochaine fois.

  •     *     *     *     *     *

 

L’œuvre de James Ensor s’inscrit dans les grands mouvements du réalisme, de l’impressionnisme et du symbolisme, puis de l’expressionnisme  et du surréalisme.

Bien que célèbre comme peintre, Ensor était aussi un extraordinaire dessinateur et graveur, il considérait ses gravures comme de petites œuvres d’art à part entière et autonomes et les exposait ensemble avec  ses peintures.  Il coloria aussi de nombreuses gravures ou les recouvrit parfois même de peinture en utilisant différentes techniques.  Il en transforma certaines en petits tableaux.

Dans ses dessins, Ensor s’attachait surtout à reproduire son environnement proche.  Ses carnets de croquis sont remplis de portraits et de détails d’intérieur, généralement dessinés au crayon conté ou à la craie noire.

Je ne vous présenterai pas   – Les masques de carnaval colorés -mais bien :

la dame en bleu   – Tableau exposé au Musée des Beaux-Arts de Bruxelles

James Ensor - La dame en bleu

Publié 9 septembre 2017 par josydhoest dans ARTS, MUSEES, Peintres belges, PEINTURES, Tableau du samedi

TABLEAU DU SAMEDI #10# – Atelier LADY MARIANNE   9 comments


 

logonouveau1

Emile Claus – Peintre belge

 (Sint-Eloois-Vijve – (Vive.-Saint-Eloi )1849- Deinze 1924)

  Émile Claus vint au monde dans un petit village des Flandres sur les bords de la Lys, seizième enfant d’une famille de commerçants ruraux en 1849.

Peintre flamand de tradition impressionniste, spécialisé dans l’interprétation du paysage plat, humide et vaporeux que traverse la Lys en Flandre . Émile Claus s’établit en 1888 à Deurle, dans une villa bourgeoise à l’enseigne Zonneschijn (Clair soleil)  : indicatif d’un programme mûri quelques années plus tôt durant le séjour parisien au cours duquel il s’était lié d’amitié avec Le Sidaner.

 Il a également   interrogé l’écriture, le code chromatique, la technique illusionniste de Claude Monet

il rompt avec le mouvement impressionniste conventionnel et crée le mouvement du luminisme en fondant le cercle « Vie et Lumière ». Son œuvre prend alors des éclats de lumière, en utilisant juste les couleurs élémentaires et en réfractant, par les recherches de nuances, les couleurs du prisme, il peint la lumière des Flandres et des scènes quotidiennes de la vie rurale.

Musée Gand - 19e_-16

Journée ensoleillée -1899

Cette oeuvre nous donne une image de la vie quotidienne dans la région de la Lys à la fin du XIXe.  Cette peinture montre des parallèles remarquables avec le travail d’un photographe aguerri.  Elle donne l’impression d’un instantanée, et est comme une fenêtre sur la réalité.

Les coupes abruptes au 1er plan accentuent l’évocation du spectacle.   Ce tableau est  bien conçu et bien équilibré . Les différentes composantes de la représentation sont réunis par l’unification de la lumière et la coloration à faible contraste. Ce jeu d’ombre douce et de lumière   est typique de cette période de travail de l’artiste.

TABLEAU DU SAMEDI #9# – Atelier Lady Marianne   7 comments


 

JEAN FRANS VERHAS (peintre belge)

Jan Verhas

(Termonde 1834-Schaerbeek 1896)

Peintre de scènes de genre, portraits, paysages et animaux.

Jan Verhas fut élève de son père, Emmanuel Verhas, et de Nicaise De Keyser à l’Académie des Beaux-Arts d’Anvers. Vers 1860 il séjourna à Paris. Il voyagea en Italie en 1862 et se fixa ensuite à Anvers. Entre 1863 et 1867, il demeura à Binche et à partir de 1867 à Bruxelles où il peignit des portraits d’enfants. Il obtint une médaille d’or au Salon de 1889 à Paris. Après ses débuts académiques il prit le chemin du romantisme (1854 – 1867), ensuite il fut attiré par le thème de l’enfant (1868 – 1879). Sa palette devint plus claire et ses couleurs de plus en plus raffinées. Entre 1882 et 1896 il se sentit attiré par la vie animée de la plage à Heist. (wikipédia)

    *     *     *     *     *

Le XIXe  siècle fut pour la peinture une période de renouveau fondamental.  Les nouvelles tendances partageaient un même mot d’ordre : « Liberté ».  Mais nombre d’artistes continuèrent à peindre à la manière classique, suivant les « règles de l’art » traditionnelles.

Jan Frans Verhas (1)

le maître peintre , 1877 (oeuvre photographiée au Musée des Beaux-Arts de Gand) 

 

M.B.A de Gand - 19r (11)

Cet instantané de Jan Verhas, peintre de personnages à succès, en est un bel exemple.  La scène est située dans un milieu bourgeois aisé, comme on peut le déduire à l’ameublement.  Le benjamin de cette assemblée enfantine applique,  avec concentration, ses premiers traits de pinceau, sous le regard attentif et attendri de son frère et de ses trois sœurs.

Verhas rend leur spontanéité avec beaucoup de justesse.  La composition est réfléchie , les lignes sont pures , les couleurs chaudes et les détails nombreux.

Le Maître peintre, au titre ironique, est l’une des nombreuses scènes du genre de Verhas où le rôle principal est tenu par des enfants de bourgeois fortunés.

James Ensor (que je vous présenterai bientôt) , qui n’est pas pourtant le plus « classique » des artistes, en a dessiné une copie vers 1900.

%d blogueurs aiment cette page :