Archives de la catégorie ‘Découverte d’une ville

BRUXELLES – SA GRAND PLACE – IMMEUBLE « LE PIGEON »   4 comments


LE PIGEON – N° 26_- 27 

 

18 LE PIGEON2

La maison appartenait, en 1510, à la Corporation des Peintres, « Le Pigeon » fut détruite en 1695, et le terrain vendu à l’architecte Pierre Simon, qui la reconstruisit dans un style d’un sobre classicisme.

On y retrouve la superposition de 3 ordres : dorique au rez-de-chaussée, ionique au 1er étage et corinthien au 2e étage.

Les remarquables mascarons qui ornent la façade peuvent être considérés comme des modèles du genre.

 Le gâble triangulaire orné de trois ou cinq vases achève la maison et est sobre de ligne.

 C’est dans la seconde partie de l’immeuble, divisé en 2, que Victor HUGO passa l’année 1852.

18 LE PIGEON

Le logis du poète proscrit était bien pauvre, mais quel luxe que cette fenêtre. ! Sa chambre avait une exposition super sur l’art, la civilisation et l’histoire.

 C’est là qu’il écrivit »Le Petit Caporal » et une partie des « châtiments ».

Pour la petite histoire …

Évoquant les visites que lui faisait le Bourgmestre, le poète prenant comme toujours lorsqu’il s’agissait de lui les plus hautes références, écrivit : « l’amertume de Dante était de monter l’escalier de l’étranger ».  La joie de Charles de Brouckère était de monter l’escalier du proscrit.

C’est dans cette petite chambre qu’HUGO, plein de fureur vengeresse contre NAPOLÉON III, donne à ses visiteurs la primeur des pièces en vers ou en prose qu’il multiplie.  Cette activité finit par porter ombrage au Gouvernement français.  Craignant des complications, les autorités belges firent comprendre à HUGO que sa présence n’était plus souhaitable.  Le poète gagna alors Jersey puis Guernesey.

Lorsqu’il revint plus tard à Bruxelles, plus soucieux désormais de confort que de pittoresque, il préféra s’installer Place des Barricades.

 

 

PHOTO DU MOIS #56# PERSPECTIVE   19 comments


THÈME CHOISI PAR FREDERIC

 (http://zoursland.com)

Note de l’auteur-e« Technique de représentation de l’espace et de ce qu’il contient en fonction de lignes de fuite (généralement convergentes). »

POUR RESTER ENCORE SUR UNE PETITE AMBIANCE DE FÊTE !

je vous propose de lever les yeux dans la galerie Saint-Hubert, à Bruxelles, près de la Grand Place

 

A DÉCOUVRIR AUSSI LES PERSPECTIVES DES AUTRES PARTICIPANTS !

Akaieric, Amartia, Blogoth67, Brindille, Chris M, Christophe, Cynthia, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente.

BRUXELLES – SA GRAND PLACE -L’ANGE   6 comments


L’ANGE (N° 23) qui s’appelait  L’OLIVIER AU 14e siècle.

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES (88 sur 112)

Nous retrouvons ici le style italo-flamand, à pilastres ioniques et corinthiens.

Un fronton triangulaire orné de 3 vases.

Ainsi que deux jolis cartels ornés de mascarons et de draperies sur les côtés du balcon.

 

16 - l'ange

Cette maison  appartenait au XVI e siècle aux religieuses de l’abbaye de Forest.

Reconstruite en 1527, elle fut cédée en 1591 à un particulier. Détruite en 1695, elle fut, probablement, reconstruite par l’architecte Guillaume De Bruyn.

 

 

BRUXELLES – SA GRAND PLACE – Côté Nord –   8 comments


LE CERF (20) – JOSEPH ET ANNE (N°s 21 et 22)

(avec ces 2 maisons, nous entamons le côté nord de la Grand-Place)

14 Le Cerf (Joseph & Anne)

 

15 - Joseph Anne

La reconstruction a laissé subsister la division bipartie qui datait d’avant le bombardement.

La Corporation des Brasseurs l’occupait en 1591.

De  style beaucoup plus simple que celui généralement appliqué aux maisons de la Grand’ Place.

En  1696, l’enseigne du Cerf devint celle de la Bourse d’Or quand les tailleurs s’en rendirent acquéreurs.

 

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES MO (12 sur 82)

(si vous désirez voir cette sculpture, vous devez emprunter la rue de la Colline)

Merci à vous de me suivre … A tout bientôt pour le prochain épisode : l’Ange et la Maison des Tailleurs

Amicalement, vôtre

Josy

BRUXELLES – SA GRAND PLACE – LA MAISON DES DUCS   8 comments


 

MAISON DES DUCS DE BRABANT (N°S 13 au 19)(tout le côté est de la place)

« Encore un « long billet » mais, je suis certaine qu’il vous intéressera … Pas mal de travail concernant les photos loll. Mais j’aime assez bien le résultat » 

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES MO (69 sur 82)

Cet ensemble de 7 maisons réunies (comptez le nombre de portes et vous en serez convaincus) sous le nom « Des Ducs de Brabant » nom qui fut donné en raison du nombre impressionnant des bustes de ducs qui ornent les colonnes des façades.  Chacune de ces maisons à, en réalité, un nom particulier. A droite :

La Renommée (dont la porte est surmontée d’une statue de cette divinité grecque allégorique soufflant dans une trompe.

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES (93 sur 112).jpg

 

fut successivement occupée par les taverniers en vin et les légumiers, puis après 1695 par des tapissiers et les drapiers.

Suivent vers la droite :

L’Ermitage

 

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES (34 sur 112) - Copie

 

La Fortune fut occupée par la Corporations des Tanneurs

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES (34 sur 112)

 

Le Moulin à Vent fut l’objet d’un échange avec la Corporation des Charpentiers.

C’est également ici que Victor HUGO habita pendant un mois en 1852.

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES (51 sur 112)

 

Le Pot d’Etain fut louée notamment au Serment de Saint-Georges, à la Nation Saint-Christophe, aux gantiers, en 1695, les meuniers l’acquirent pour la somme de 4.008 florins.

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES (100 sur 112)

 

La Colline fut le siège des 4 couronnés groupant : les sculpteurs, les tailleurs de pierre, les maçons et les ardoisiers.

Cette maison connut un instant  son heure de gloire quant en 1477, à la mort de Charles le Téméraire, le tailleur de pierre Godefroid de BOSSCHERE attacha la cornette de son chapeau à un pilier de la maison, donnant ainsi le signal du soulèvement des métiers contre les dispositions impopulaires du Duc de Bourgogne.  En quelques minutes, de toutes les chambres où les métiers délibéraient, sortirent les cimentiers qui envahirent la Grand’ Place. (désolée,

(je n’ai pas pu prendre une photo – l’emblème étant trop abîmé… Mais je vais y retourner avec un autre objectif photo).

  • La Bourse.

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES (63 sur 112)

Dans le but de régulariser le Forum Oriental, cet immeuble fut acheté par la Ville, en 1441, par fraction de septième, ce qui permet d’émettre l’hypothèse que 7  familles se partageaient le bien afin d’avoir au moins chaque année l’un de ses membres représenté parmi les 7 échevins élus par la Ville.

Ce groupe est l’un des plus imposants et des plus intéressants, à la fois de la Grand ‘Place.  L’édifice ressemble à un vaste palais italien.

Trois lourds escaliers en pierre, garnis de balustres et de boules, donnent accès aux différentes habitations.

La façade compte une série de 19 pilastres(( colonnes plates incrustées dans le mur) c’est-à-dire :

        7 du côté droit – 5 au milieu – 7 du côté gauche.

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES (4 sur 112)

Au-dessus de l’entresol, sur chaque pilastre, se détachent 19 bustes de souverains.

bustes des ducs

 

Ailleurs, de vastes cartels sont chargés d’outils.  De même, au 2e étage, on retrouve les mêmes cartels toujours chargés d’outils.

13 Maison des Ducs (2)

 

Sur la Maison de la Colline, au second étage, deux bas-reliefs, qui représentent l’Aigle Impérial d’Autriche accompagné des colonnes d’Hercule – FORCE –

13 Maison des Ducs

 

Le tympan du fronton est orné d’une allégorie représentant l’abondance.

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES (75 sur 112)

 

A gauche de l’immeuble des Ducs de Brabant, déjà dans le rue de la Colline, se dresse la balance.

La Balance1

 

Voilà, à présent, nous allons faire une petite pose … car nous avons encore du chemin à parcourir … Merci à vous de m’accompagner !

Envie de voir les photos en grand format ? voici le lien : https://1drv.ms/u/s!AlDxBZBfKozNhb8p5-v4o9U5MIhEvQ?e=VtcRX6

 

BRUXELLES – SA GRAND PLACE – LA ROSE et LE MONT THABOR   6 comments


Mais tout d’abord, je vous présente le groupe de maisons dont celles-ci sont incluses

Bruxelles-Grand-Place 2017-125

Au numéro 11 – LA ROSE 

11 La rose

La maison date de 1699 et chose curieuse son nom provient de ses propriétaires, les « VAN DER ROSEN », qui avaient probablement adopté le nom de la maison qu’ils habitaient.

Toujours les trois classiques superposés et surmontés d’un gracieux fronton à pignons.

En 1795, le Serment de Saint-Sébastien s’y installait.  Ce Serment avait dû quitter La Louve, qu’il occupait depuis 1470 afin d’éteindre les dettes  que la reconstruction du local lui avait values.

 

 

Au numéro 12 LE MONT THABOR 

12 Le Mont Thabor

On connait fort peu de chose de cette maison qu’on appelle aujourd’hui « Aux Trois Couleurs »

 

La prochaine visite se fera en plusieurs étapes vu l’imposant bâtiment qu’est l’immeuble des Ducs du Brabant ! 

A tout bientôt !

BRUXELLES – SA GRAND PLACE – L’ARBRE D’OR   12 comments


 

AU N° 10  –  l’ARBRE D’OR, qu’on appelait au 14e siècle : LA COLLINE (De Hille).

(Différentes corporations y eurent leur local)

 Les  tanneurs en sont devenus acquéreurs en 1483( alors qu’avant eux  habitaient des maîtres de la table des pauvres de Saint-Nicolas).  Ensuite, Les tapissiers s’installèrent en 1551, ayant quitté leur maison de la Rue de la Tête d’Or, et finalement la Corporation des Brasseurs.  Actuellement, nous pouvons y découvrir  le Musée de la Bière.

2019 GRAND PLACE DE BRUXELLES MO (18 sur 82)

C’est dans cette même maison que s’installa, en 1841, l’Alliance libérale.  Dans la grande salle de leur local, se trouvait sous une immense toile qui avait pour thème le christ disant : Rendez à César ce qui est à César », on ne sait si la valeur esthétique de l’œuvre était grande, mais son contenu symbolique l’était assurément, car rien ne traduit mieux la nature exacte de l’anticléricalisme que professaient, en ce temps, les bons bourgeois de Bruxelles.

Quelques années plus tard, la Maison des Brasseurs,  gagnera aussi une place dans l’histoire des lettres françaises.  C’est dans ses murs que débutera le 10 juillet 1873 une tragique comédie, banale, mais restée justement célèbre par le nom des protagonistes.  Ce jour –là, deux hommes que lie « une amitié particulière » boivent et viennent à se disputer.

 Tout en se querellant, ils se dirigent vers leur chambre de l’Hôtel de Ville de Courtrai, tout proche de la Grand’Place.  Ils continuent à se déchirer et comme la chaleur est accablante, l’aîné interrompt souvent la discussion pour retourner boire dans les estaminets de la place.  Complètement ivre, à la rue des Chapeliers, il  finit par tirer, à coups de revolver,  sur son compagnon, qu’il blesse au poignet.

Au cours de la même journée, les deux hommes se réconcilient, puis se brouillent à nouveau et craignant pour sa vie, le blessé dénonce son camarade qui est conduit au poste de police à l’Hôtel de Ville.  Les héros de l’aventure se nomment Arthur RIMBAUD  et Paul VERLAINE.

Le drame de la Grand’Place vaudra à ce dernier de connaître les prisons du Royaume de Belgique pour le plus grand bien de la poésie, à en juger par les œuvres qu’il y conçut.

Cette maison d’allure classique, sauf dans la conception du fronton, est de style flamand.

Dans une vaste niche, ornée de volutes et de dauphins, l’architecte avait placé primitivement un immense piédestal, destiné à supporter la statue équestre de Maximilien-Emmanuel de Bavière, gouverneur général des Pays-Bas qui,  pendant le funeste bombardement de la ville, soutint de sa présence le courage des Bruxellois, mais la pierre fournie était de si mauvaise qualité qu’à peine achevée, elle s’effrita et tomba en pièces.

Par contrat du 19 juin 1705, l’architecte DE VOS s’engagea à faire une maquette en bois de la statue et à la placer sur son piédestal.  Ce modèle fut coulé en bronze.  La statue équestre de Maximilien-Emmanuel fut remplacée en 1752 par la statue équestre de Charles de LORRAINE.

La Balance

Un bas-relief qui représente les vendanges, le transport de la bière et la cueillette du houblon.

10 - L'arbre d'or1

 

Le procès-verbal, qui fut dressé lors de l’achèvement de la maison rapporte un détail qui montre le noble orgueil dont nos artistes constructeurs de la fin du 17e siècle étaient animés.  Maître G.DE BRUYN monta sur l’échafaudage parmi les compagnons sculpteurs et tailleurs de pierre et leur dit : « Mes frères, vous avez eu la conscience de travailler pour l’éternité ».

Cet article est assez long … Aussi, le prochain sera court même s’il donne à découvrir 2 autres immeubles (La Rose et le Mont Thabor) ! 

Merci à vous d’avoir pris le temps de me lire jusqu’au bout ! Bonne soirée et à tout bientôt ! 

%d blogueurs aiment cette page :